Volkswagen entrevoit le bout du tunnel après le scandale

jeudi 28 avril 2016 19h27
 

par Andreas Cremer et Edward Taylor

WOLFSBURG, Allemagne (Reuters) - Volkswagen, qui cherche à rebâtir sa réputation après le scandale du trucage des tests anti-pollution dans lequel il se débat depuis septembre, s'est déclaré confiant jeudi dans sa capacité à dépasser ses difficultés après l'accord conclu la semaine dernière avec les autorités américaines.

Le premier constructeur automobile européen a précisé que cet accord, associé à des réductions de coûts et un nouveau plan stratégique attendu dans le courant de l'année, ouvrait la voie à un redressement de ses comptes après les pertes record essuyées l'an dernier.

Il n'a toutefois pas totalement exclu que le scandale puisse lui coûter encore plus que les 16,2 milliards d'euros déjà mis de côté, ce qui pourrait le conduire à céder des actifs si nécessaire.

Mais ses dirigeants étaient visiblement plus détendus lors de la présentation des résultats 2015 qu'ils ne l'étaient en décembre, la dernière fois qu'ils s'étaient présentés devant la presse.

"Nous sommes tous d'accord pour dire que nous pouvons y arriver, que nous avons du potentiel (...), maintenant il faut se mettre au travail, faire le ménage, après quoi nous pourrons repartir de l'avant", a déclaré le directeur financier, Frank Witter.

Volkswagen, qui a avoué avoir installé sur des millions de véhicules un logiciel de manipulation des mesures d'émissions polluantes, a précisé que la réduction des coûts et la bonne tenue des ventes en Chine et en Europe devraient lui permettre d'enregistrer des résultats d'exploitation solides cette année.

Mais il a ajouté qu'il lui restait de nombreux obstacles à franchir, entre autres pour réduire les coûts de VW, sa principale marque, et pour réformer une organisation très centralisée accusée d'avoir manqué de vigilance et de retarder les lancements de nouveaux produits.

Malgré l'accord signé aux Etats-Unis, le groupe reste exposé en outre à des procédures multiples au civil et visé par une enquête judiciaire pouvant aboutir à une mise en accusation.   Suite...

 
Volkswagen admet que le scandale du trucage des tests anti-pollution dans lequel il se débat depuis septembre pourrait lui coûter encore plus que les 16,2 milliards d'euros déjà mis de côté, ce qui pourrait le conduire à céder des actifs si nécessaire. /Photo prise le 28 avril 2016/REUTERS/Fabrizio Bensch