La Fed ne semble pas pressée de relever les taux

mercredi 27 avril 2016 23h29
 

par Lindsay Dunsmuir et Jason Lange

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale américaine n'a pas modifié sa politique monétaire mercredi et si elle a laissé la porte ouverte à une hausse de taux en juin, elle ne semble pas pressée de poursuivre la remontée du loyer de l'argent face au ralentissement apparent de l'économie.

A l'issue de deux jours de débat, le comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed a maintenu l'objectif du taux des fonds fédéraux dans une fourchette de 0,25% à 0,50%, niveau auquel il se trouve depuis décembre dernier après son premier relèvement depuis près de dix ans.

Le FOMC explique dans son communiqué que l'amélioration du marché du travail se poursuit en dépit du récent ralentissement de la croissance et ajoute qu'il continue de surveiller l'évolution des prix.

Il précise que les facteurs défavorables liés à la situation économique et financière internationale restent à surveiller mais l'évocation des risques liés à ces facteurs ne figure plus dans son communiqué.

"Le comité continue de surveiller étroitement les indicateurs d'inflation et l'évolution de la situation économique et financière mondiale", dit le texte.

A Wall Street, la tendance s'est orientée à la hausse après ces déclarations et le dollar a peu réagi tandis que les rendements obligataires refluaient.

Les marchés à terme suggèrent que l'hypothèse d'une hausse de taux en septembre - et pas avant - est la plus probable et ils montrent que la probabilité d'une deuxième hausse d'ici la fin de l'année est jugée inférieure à 50%.

Selon le baromètre FedWatch de CME Group, les investisseurs estiment à 23% la probabilité d'un relèvement du taux des "fed funds" en juin, contre 21% avant mecredi.   Suite...

 
La présidente de la Réserve fédérale américaine, Janet Yellen. Comme attendu, la Fed a laissé sa politique monétaire inchangée mercredi, mais s'est dite confiante dans l'évolution des perspectives économiques aux Etats-Unis, laissant la porte ouverte à une hausse de taux en juin. /Photo prise le 16 mars 2016/REUTERS/Kevin Lamarque