Un Brexit serait un "choc négatif majeur", prévient l'OCDE

mercredi 27 avril 2016 12h43
 

par William Schomberg

LONDRES (Reuters) - Le financement de l'important déficit des comptes courants britanniques pourrait se révéler plus difficile et la livre sterling pourrait en conséquence se déprécier en cas d'un vote favorable à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) lors du référendum du 23 juin, a prévenu mercredi l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

L'OCDE estime qu'un éventuel Brexit constituerait un "choc négatif majeur" pour l'économie britannique qui se contracterait de 3% à l'horizon 2020 en cas de sortie de l'UE et de 5% à l'horizon 2030 par rapport à ses niveaux actuels.

L'Organisation estime par ailleurs qu'il en coûterait l'équivalent d'un mois de salaire pour les Britanniques d'ici 2020 en cas de sortie.

L'incertitude sur les perspectives économiques du pays augmenterait le risque qu'il rencontre des difficultés à financer le déficit de ses comptes courants, ajoute l'OCDE dans une étude publiée mercredi.

"Le danger est que d'importantes sorties de capitaux, ou une rupture dans les entrées, menacent le financement du déficit record des comptes courants à 7% du PIB", écrit l'Organisation.

Le choc financier serait amplifié par l'appréciation des autres monnaies contre la livre sterling, ajoute l'OCDE.

La livre s'est nettement affaiblie au début de cette année avec les inquiétudes liées au référendum du 23 juin mais elle a atteint mercredi un plus haut de 12 semaines contre le dollar alors que la campagne en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE monte en puissance.

Les sondages d'opinion continuent toutefois d'indiquer que l'issue du scrutin risque d'être serrée.   Suite...

 
Le financement de l'important déficit des comptes courants britanniques pourrait se révéler plus difficile et la livre sterling pourrait en conséquence se déprécier en cas d'un vote favorable à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) lors du référendum du 23 juin, selon l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville