La BCE défend son cap, le tiendra aussi longtemps que nécessaire

jeudi 21 avril 2016 17h21
 

par Balazs Koranyi et John O'Donnell

FRANCFORT (Reuters) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a rejeté jeudi les critiques allemandes contre la politique monétaire ultra-accommodante de l'institution et assuré une qu'elle utiliserait tous les outils à sa disposition "aussi longtemps que nécessaire".

"Nos politiques fonctionnent. Elles sont efficaces. Donnez leur simplement du temps de démontrer tous leurs effets", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion du Conseil des gouverneurs de la banque.

La BCE a sans surprise laissé ses taux inchangés après les avoir baissés en mars et n'a annoncé aucune nouvelle mesure, se contentant de présenter les modalités de son programme de rachat d'obligations d'entreprises qui débutera en juin.

Mario Draghi a vivement défendu l'indépendance de l'institution de Francfort face aux critiques qui se multiplient en Allemagne contre ses tentatives pour relancer l'inflation et l'activité en zone euro, les taux particulièrement bas qu'elles générent ayant un impact sur l'épargne des ménages.

"Nous avons un mandat qui est d'assurer la stabilité des prix pour l'ensemble de la zone euro, pas seulement pour l'Allemagne", a-t-il dit avant de souligner que l'indépendance de la BCE était inscrite dans les traités européens.

"Nous obéissons à la loi, pas aux politiciens", a-t-il ajouté.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a estimé que la politique de la BCE posait un problème "extraordinaire", allant jusqu'à la rendre en partie responsable de la montée du parti populiste Alternative pour l'Allemagne (AfD).

  Suite...

 
Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a rejeté jeudi les critiques allemandes contre la politique monétaire ultra-accommodante de l'institution et assuré une qu'elle utiliserait tous les outils à sa disposition "aussi longtemps que nécessaire"./Photo prise le 21 avril 2016/REUTERS/Ralph Orlowski