Le pari de Publicis sur le numérique a payé

mardi 19 avril 2016 10h43
 

PARIS (Reuters) - Publicis affiche une croissance de ses revenus meilleure que prévu au premier trimestre, soutenu par des gains de budgets fin 2015 et la performance de Sapient, son activité dans le numérique.

Le troisième groupe publicitaire mondial a annoncé mardi une croissance organique de 2,9% pour le trimestre et a confirmé qu'il améliorerait cette année tous ses indicateurs financiers.

"Le premier trimestre s'est déroulé bien mieux que nos propres attentes les plus optimistes", s'est félicité Maurice Lévy, le président du directoire de Publicis, lors d'une présentation à la presse.

Le groupe a aussi indiqué qu'il aurait achevé d'ici l'été sa réorganisation annoncée en décembre. Il en attend un impact positif dès 2017.

Ces annonces permettent au titre Publicis de grimper de 5,06% à 65,37 euros à 10h28 et de se placer en tête des hausses de l'indice CAC 40 (+1,37%).

"Publicis a fait état d'une croissance organique du T1 bien au-dessus de la 'guidance' et du consensus", résume dans une note Jefferies, à l'achat sur la valeur.

Le groupe s'est cependant voulu prudent pour les deuxième et troisième trimestres en raison de l'impact de la série de budgets perdus l'an dernier, dont une partie de ceux de Procter & Gamble, L'Oréal ou encore Coca-Cola.

"Nous restons sur les indications que nous avions données. Nous sommes dans une année de transformation, pour se mettre au diapason de la nouvelle économie", a déclaré Maurice Lévy.

"Nous attendons un deuxième et un troisième trimestres un peu plus difficiles puisque nous allons sentir davantage l'impact de pertes de budgets de l'année dernière (mais) nous attendons aussi une croissance de tous nos indicateurs."   Suite...

 
Publicis, qui annonce un chiffre d'affaires en croissance organique de 2,9% au cours du premier trimestre de l'année, réaffirme sa prudence pour les deux trimestres à venir à cause de l'impact des pertes de budgets subies l'an dernier. /Photo prise le 11 février 2016/REUTERS/Jacky Naegelen