Le G20 préoccupé par la croissance mondiale "modeste"

vendredi 15 avril 2016 21h39
 

par David Lawder

WASHINGTON (Reuters) - Les pays du G20 ont salué vendredi l'amélioration récente de la situation sur les marchés financiers mais ils ont averti que la croissance mondiale, toujours "modeste et inégale", restait menacée par la faiblesse de certaines économies dépendantes des matières premières.

Dans un communiqué publié après leur réunion à Washington, les ministres des Finances et les banquiers centraux du Groupe ont pris acte du rebond des marchés après les turbulences du début de l'année, constatant qu'ils étaient en meilleure forme que lors de leur précédente rencontre, en février à Shanghai.

"Toutefois, la croissance reste modeste et inégale, et des risques à la baisse et des incertitudes persistent dans un contexte de volatilité financière continue, de difficultés pour les exportateurs de matières premières et d'inflation faible", ajoutent-ils.

Le communiqué mentionne aussi, parmi les risques auxquels est exposée l'économie mondiale, la possibilité d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les conflits géopolitiques et les flux de réfugiés.

Les pays du G20 réaffirment parallèlement leur engagement de longue date à coopérer étroitement sur les questions liées aux changes.

"Nous réaffirmons nos engagements antérieurs en matière de taux de change, y compris celui de nous abstenir de toute dévaluation compétitive, et nous ne fixerons pas nos taux de change dans un but de concurrence. Nous résisterons à toutes les formes de protectionnisme", dit le communiqué.

Les ministres et banquiers centraux n'ont toutefois présenté aucune initiative nouvelle pour soutenir la croissance économique, répétant simplement que les pays membres continueraient d'étudier différentes options.

  Suite...

 
Les pays du G20 ont salué vendredi l'amélioration récente de la situation sur les marchés financiers mais ils ont averti que la croissance mondiale, toujours "modeste et inégale", restait menacée par la faiblesse de certaines économies dépendantes des matières premières. /Photo prise le 15 avril 2016/REUTERS/Kevin Lamarque