Le Brésil pèse sur le 1er semestre de Sodexo

jeudi 14 avril 2016 11h02
 

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Sodexo a annoncé jeudi des résultats semestriels soutenus par l'Amérique du Nord et par les réductions de coûts mais affaiblis par un environnement dégradé au Brésil et par l'impact des attentats de novembre dernier à Paris.

Lors d'une conférence de presse téléphonique, le directeur général Michel Landel a indiqué que l'effet négatif du real devrait se poursuivre au deuxième semestre alors que l'effet favorable du dollar s'atténuerait tout en soulignant que cet effet de conversion n'aura pas d'impact opérationnel.

"Au Brésil nous sommes, à court terme, affectés car les volumes sont en décroissance importante dans nos deux activités. Cela aura un impact l'année prochaine mais je ne suis pas du tout inquiet sur le moyen terme dans ce pays", a-t-il ajouté.

En France, les attentats de Paris du 13 novembre ont par ailleurs entraîné "une baisse importante" de la fréquentation touristique qui devrait avoir un impact négatif "d'une vingtaine de millions" sur l'activité touristique de Sodexo (Lido, Tour Eiffel, bateaux) en 2016, a indiqué Michel Landel. Cette activité pèsent 300 millions d'euros de chiffre d'affaires.

A 10h20, le titre, en recul de -2,75% à 93,45 euros, accusait la plus forte baisse du SBF 120 (-0,25%).

Au cours du premier semestre 2015-2016, clos le 29 février, le spécialiste de la restauration collective et de la distribution de services prépayés a enregistré un résultat opérationnel avant coûts exceptionnels de 658 millions d'euros, en hausse de 6,1% à changes courants.

Son bénéfice net part du groupe a crû de 4,6% hors effets de change à 359 millions d'euros, sur un chiffre d'affaires de 10,596 milliards, en croissance organique de 3,7%.

Sur le semestre, l'impact de change négatif de 27,2% du real brésilien a été en parti compensé par l'appréciation de 11,5% du dollar face à l'euro.   Suite...

 
Sodexo a publié jeudi des résultats semestriels dopés par sa bonne tenue en Amérique du Nord et ses réductions de coûts, permettant au groupe de confirmer ses objectifs annuels et à moyen terme malgré un contexte de marché difficile. /Photo prise le 18 mars 2016/REUTERS/Gonzalo Fuentes