JPMorgan pénalisé par la banque d'investissement au 1er trimestre

mercredi 13 avril 2016 17h23
 

par Sweta Singh

(Reuters) - JPMorgan Chase, la première banque des Etats-Unis par les actifs, a annoncé mercredi une baisse de son bénéfice net trimestriel, la première en cinq trimestres, en raison de la montée des créances douteuses dans le secteur de l'énergie et de la diminution des revenus de banque d'investissement.

Son bénéfice par action et son produit net bancaire (PNB) ont toutefois dépassé les estimations des analystes, revues en baisse au fil des mois.

L'action JPMorgan gagnait 3,6% à 61,42 dollars vers 17h14 à Wall Street, la plus forte hausse de l'indice Dow Jones, qui prenait alors 0,61%. Le titre entraînait dans son sillage plusieurs valeurs du secteur, comme Goldman Sachs (+2,7%) ou Bank of America (+3,1%).

Le bénéfice net de JPMorgan est revenu à 5,52 milliards de dollars (4,88 milliards d'euros) sur janvier-mars, contre 5,91 milliards sur la même période l'an dernier. Le bénéfice par action est quant à lui passé de 1,45 à 1,35 dollar.

Les analystes financiers prévoyaient en moyenne un bénéfice par action de 1,26 dollar selon Thomson Reuters I/B/E/S.

Quatorze des 29 analystes suivant la valeur avaient abaissé leur estimation de bénéfice par action au cours des 30 derniers jours, de 1,5% en moyenne, selon les données Reuters.

Le PNB a diminué de 3% à 24,08 milliards de dollars, dépassant le consensus qui le donnait à 23,40 milliards. Les revenus tirés des marchés de taux fixes, l'une des activités les plus volatiles de JPMorgan, ont chuté de 13,4% à 3,60 milliards.

JPMorgan est la première banque américaine à publier ses résultats depuis que la Réserve fédérale a décidé mi-décembre de relever ses taux d'intérêt d'un quart de point, leur première hausse depuis près de dix ans.   Suite...

 
JPMorgan Chase & Co, première banque des Etats-Unis par les actifs, a annoncé mercredi une baisse de 6,7% de son bénéfice net trimestriel, conséquence d'une augmentation des provisions sur des créances liées au secteur de l'énergie et de la diminution des revenus de trading et de banque d'investissement. /Photo prise le 20 mai 2015/REUTERS/Mike Segar