La hausse du PIB de la Chine devrait ralentir à 6,5% en 2016

mercredi 13 avril 2016 11h08
 

par Jessica Macy Yu

PEKIN (Reuters) - La croissance de l'économie chinoise devrait encore ralentir cette année et être de 6,5%, ce qui serait le rythme le moins soutenu depuis 1990 et une évolution susceptible de conduire les autorités monétaires à prendre de nouvelles mesures de soutien à l'activité, montre une enquête Reuters publiée mercredi.

En 2015, la hausse du produit intérieur brut (PIB) de la deuxième économie mondiale était ressortie à 6,9%, également au plus bas depuis 1990, et celle de 2014 avait été de 7,3%.

Depuis quelques années, le gouvernement chinois s'efforce de réduire la dépendance du pays envers les investissements publics et le secteur immobilier, Pékin cherchant à développer de nouveaux moteurs de croissance davantage orientés vers le marché intérieur, comme les services ou l'industrie de haute technologie.

Mais les investisseurs continuent de s'interroger sur la capacité des autorités à mener à bien sans heurts cette transition, comme en témoigne la volatilité du marché boursier depuis le mini-krach de l'été dernier.

La banque centrale chinoise est venue à la rescousse à de multiples avec six baisses de taux d'intérêt entre novembre 2014 et octobre 2015 et cinq abaissements du ratio des réserves obligatoires entre février 2015 et février 2016.

En août, la Banque populaire de Chine (BPC) avait pris de court les acteurs de marché en dévaluant le yuan de 2%. Elle a encore fait baisser le yuan en début d'année, au moment où les Bourses chinoises étaient en chute libre, entraînant avec elles les marchés actions mondiaux.

HAUSSE DE 6,3% EN 2017   Suite...

 
Shanghaï, immeubles d'habitation en construction. La croissance de l'économie chinoise devrait encore ralentir cette année et être de 6,5%, ce qui serait le rythme le moins soutenu depuis 1990 et une évolution susceptible de conduire les autorités monétaires à prendre de nouvelles mesures de soutien à l'activité. /Photo prise le 21 mars 2016/REUTERS/Aly Song