Wall Street termine en hausse avec le pétrole, malgré Alcoa

mardi 12 avril 2016 22h34
 

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en hausse mardi, portée par la flambée des cours du pétrole et malgré le recul d'Alcoa, qui a démarré la saison des résultats sur une note peu encourageante.

Le baril de Brent a repassé les 44 dollars et le brut léger américain approche des 42 dollars, tous deux en hausse de plus de 4%. Le marché espère que la réunion des principaux producteurs de pétrole dimanche à Doha débouchera sur des mesures concrètes pour limiter l'offre mondiale.

Selon l'agence russe Interfax, qui cite une source diplomatique à Doha, la Russie et l'Arabie saoudite sont parvenues à un accord de gel de la production de pétrole.

L'indice Dow Jones a gagné 164,84 points, soit 0,94%, à 17.721,25 points. Le S&P-500, plus large, a pris 19,73 points, soit 0,97%, à 2.061,72 points. Le Nasdaq Composite a avancé de 38,69 points (+0,80%) à 4.872,09 points.

Le S&P affiche un gain de plus de 12% par rapport à ses points bas de février, grâce au rebond du pétrole et à des signes positifs concernant l'évolution de l'économie américaine.

Les investisseurs vont maintenant concentrer leur attention sur les résultats trimestriels dans les semaines à venir, dans un contexte de volatilité des marchés et d'incertitude autour du calendrier de hausse des taux de la Réserve fédérale américaine.

"Ce n'est qu'une pause à l'orée de la saison des résultats et deux semaines avant la réunion de la Fed (26-27 avril)", dit Bill Northey chez U.S. Bank. "C'est le calme avant la tempête."

Le président de la Fed de Philadelphie, Patrick Harker, a réaffirmé que Fed pourrait peut-être relever ses taux à trois reprises cette année, tout en ajoutant qu'elle doit s'assurer au préalable que la croissance est bien ancrée et que l'inflation progresse effectivement vers son objectif de 2%.

Le ralentissement mondial continue toutefois à peser sur la croissance américaine. Le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé ses prévisions pour la croissance mondiale pour la quatrième fois en un an, du fait du ralentissement en Chine, de la faiblesse persistante des prix du pétrole et de la fragilité de la reprise dans les économies développées.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS