Tata Steel cède des sites britanniques et français à Greybull

lundi 11 avril 2016 20h51
 

par Guy Faulconbridge et Sarah Young

LONDRES (Reuters) - Le groupe sidérurgique indien Tata Steel a annoncé lundi la vente de plusieurs de ses sites britanniques et de celui d'Hayange, en France, pour un montant d'une livre symbolique, un accord qui assure le maintien d'un tiers des 15.000 postes concernés par sa décision de se retirer de Grande-Bretagne.

Le repreneur des sites cédés, Greybull Capital, un spécialiste du redressement d'entreprises, s'est refusé à exclure le rachat d'autres activités de Tata, y compris celui du plus important site sidérurgique du Royaume-Uni, celui de Port Talbot, au Pays de Galles.

Le contrat de vente, outre le prix de cession symbolique, prévoit un plan d'investissement et de financement de 400 millions de livres (500 millions d'euros) pour le site de Scunthorpe, dans le nord de l'Angleterre, qui emploie 4.400 personnes, ainsi que des accords avec les fournisseurs et les syndicats sur la réduction des coûts.

Parmi les activités cédées figure aussi le site français d'Hayange (Moselle), qui compte 400 salariés et produit des rails pour les réseaux ferroviaires.

Le ministre français de l’Economie, qui débattait de la sidérurgie européenne à Strasbourg avec des eurodéputés et la commissaire au Marché intérieur Elzbieta Bienkowska, a rappelé que le processus de vente était engagé depuis plusieurs mois.

"Nous allons continuer à le suivre de très près et à regarder toutes les conditions et les engagements tels qu’ils sont pris pour nous assurer que tout ce qui est important pour nous, c'est-à-dire la préservation des capacités de production, des compétences et le sort du site et des salariés soient bien pris en compte", a-t-il dit à la presse.

Marc Meyohas, cofondateur de Greybull, a assuré lors d'une téléconférence que le plan stratégique ne prévoyait pas de réductions d'effectifs.

Les activités reprises devraient retrouver l'appellation "British Steel", une marque emblématique de la sidérurgie britannique qui avait disparu il y a près de 20 ans.   Suite...

 
Le groupe sidérurgique indien Tata Steel a annoncé lundi la vente de ses activités européennes d'aciers longs au britannique Greybull Capital, une opération de 400 millions de livres (500 millions d'euros) qui marque la première étape de son désengagement du secteur britannique de l'acier. Le site d'Hayange en Moselle, qui compte quelque 400 salariés, figure parmi les activités cédées. /Photo prise le 30 mars 2016/REUTERS/Phil Noble