April 5, 2016 / 5:46 AM / a year ago

PSA veut accélérer ses ventes tout en restant profitable

5 MINUTES DE LECTURE

Le président du directoire de Groupe PSA, Carlos Tavares. Le constructeur renonce au nom "PSA Peugeot Citroën" pour mieux valoriser ses trois marques. Il va poursuivre leur différenciation, en mettant l'accent sur la valeur ajoutée de Peugeot et DS, tandis que le nouveau positionnement décalé de Citroën s'accompagnera de l'ambition la plus forte en termes de volume: +30% d'ici 2021. /Photo prise le 5 avril 2016/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën, renommé Groupe PSA, a présenté mardi un nouveau plan stratégique axé sur un vaste renouvellement de sa gamme et le développement de nouveaux métiers, sans renoncer pour autant à la discipline financière, qui doit lui permettre d'atteindre 6% de marge en 2021.

Sur la période 2016-2018, PSA vise une croissance de 10% de son chiffre d'affaires, soit +3,2% en moyenne par an, puis une accélération sur la deuxième partie du plan avec un objectif de +15% en 2019-2021 (+4,4% par an). Sur la période 2001-2015, cette croissance était ressortie en moyenne à 0,8%.

La marge opérationnelle courante de la division automobile devrait ressortir quant à elle autour de 4% sur les trois premières années du plan intitulé "Push to pass", contre 1% en moyenne sur les 15 années précédentes. En atteignant ensuite 6%, elle devrait faire de PSA le constructeur généraliste le plus rentable en Europe, devant la marque Volkswagen.

"L'objectif de 4% marge sur 2016-2018 peut sembler un peu timide si on le compare à notre estimation de 5,4% (et aux 5% de 2015)", commente Barclays dans une note. Mais nous pensons que la priorité de Carlos Tavares est de ne jamais manquer un objectif qu'il a présenté au marché, nous y voyons donc une sorte de plancher."

Vers 14h00, l'action PSA perdait 5,8% tandis que l'indice des valeurs européennes du secteur reculait de 3,7%.

Tout en réduisant encore de 700 euros le coût de production de chaque véhicule sur la durée du plan, PSA compte lancer pas moins de 26 nouvelles voitures et huit nouveaux utilitaires, toujours à vocation mondiale, dont onze équipés des motorisations les plus porteuses (sept hybrides rechargeables et quatre électriques).

Le constructeur, qui renonce au nom "PSA Peugeot Citroën" pour mieux valoriser ses trois marques, va poursuivre leur différenciation, en mettant l'accent sur la valeur ajoutée de Peugeot et DS, tandis que le nouveau positionnement décalé de Citroën s'accompagnera de l'ambition la plus forte en termes de volume: +30% d'ici 2021.

Nouveaux Clients, Nouveaux métiers

Le groupe sochalien ne compte pas seulement sur la vente de voitures neuves pour alimenter sa croissance future, mais aussi sur les véhicules d'occasion, en lançant une plateforme digitale pour les transactions entre particuliers, la vente en ligne de pièces de rechange et tous les autres services qui se multiplient pour accompagner les nouveaux modes de consommation de l'automobile.

"Puisque nous sommes devenus agiles et en bonne santé, nous voulons utiliser le monde qui change comme une opportunité d'élargissement de notre base clientèle", a déclaré le président du directoire, Carlos Tavares, lors d'une conférence de presse.

Il compte par exemple lancer un service d'autopartage en Amérique du Nord en 2017, peut-être avec le groupe Bolloré, et multiplier par cinq le revenu tiré du site de distribution de pièces de rechange par internet Mister Auto, racheté l'an dernier.

Désireux de passer du statut de "constructeur classique à fournisseur de services de mobilités", selon le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon, et répondre ainsi aux aspirations des nouvelles générations, le groupe va aussi investir une centaine de millions d'euros en capital-risque, qu'il s'agisse de projets internes, de start-ups ou de sociétés comme Koolicar, loueur de voitures entre particuliers sans échange de clés.

Pour accélérer l'internationalisation de ses ventes, outre les projets déjà annoncés en Iran et au Maroc, le groupe discute aussi avec les autorités algériennes d'un projet d'usine à Oran, recherche un partenariat pour produire en Inde et un autre pour l'Asie du Sud-Est.

Afin d'élargir sa présence mondiale, PSA va développer avec un partenaire un pick-up d'une tonne, segment dont il était totalement absent alors que ce type de véhicule pèse plus d'un tiers (38%) du marché mondial de l'utilitaire.

Tournant la page de son plan de redressement "Back in the race", le groupe compte également renouer avec le versement d'un dividende dès cette année, avec un taux de distribution de 25%. Le dernier dividende versé par PSA, 1,10 euro par action, remonte à 2011, pour l'exercice 2010, année précédant la grave crise financière qui a secoué l'entreprise.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below