La croissance manufacturière reste faible en zone euro

vendredi 1 avril 2016 11h35
 

PARIS/BERLIN/LONDRES (Reuters) - Le secteur manufacturier de la zone euro a clos le premier trimestre sur une note légèrement meilleure qu'attendu mais la croissance de l'activité est restée faible en dépit des baisses de prix les plus marquées depuis la fin 2009, montrent vendredi les résultats définitifs des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achats.

L'indice PMI du secteur n'a que légèrement progressé en mars, à 51,6 après le plus bas d'un an inscrit en février à 51,2. Le chiffre définitif est toutefois un peu meilleur que l'estimation "flash" de 51,4 publiée le 22 mars.

Le sous-indice de la production, qui entre dans le calcul de l'indice PMI composite attendu mardi prochain et est considéré comme un bon baromètre de la croissance globale, est remonté à 53,1 après 52,3 (52,7 en première estimation).

Celui des prix à la production, à 47,1, a lui reculé par rapport à l'estimation "flash" qui le donnait à 47,4 après 47,6 en février. Il tombe ainsi au plus bas depuis décembre 2009.

"Les chiffres suggèrent que l'activité manufacturière n'a crû que d'environ 0,2% au premier trimestre", explique Chris Williamson, chef économiste de Markit.

"Les responsables de la politique monétaire devraient aussi être préoccupés par l'intensification des pressions déflationnistes dans la chaîne d'approvisionnement. Les rabais se généralisent, la concurrence entre les entreprises se jouant sur les prix dans un contexte de demande faible."

TOUT JUSTE EN CROISSANCE EN ALLEMAGNE

L'activité du secteur manufacturier en Allemagne a été tout juste en croissance en mars, bouclant ainsi son plus mauvais trimestre en plus d'un an, signe que la première économie d'Europe souffre du ralentissement mondial, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle Markit auprès des directeurs d'achats.   Suite...

 
Le secteur manufacturier de la zone euro a clos le premier trimestre sur une note légèrement meilleure qu'attendu mais la croissance de l'activité est restée faible en dépit des baisses de prix les plus marquées depuis la fin 2009. L'indice PMI du secteur n'a que légèrement progressé en mars, à 51,6 après le plus bas d'un an inscrit en février à 51,2. /Photo prise le 22 janvier 2016/REUTERS/Kai Pfaffenbach