RPT-PSA préparerait son retour sur le marché du pick-up

jeudi 31 mars 2016 15h51
 

PARIS (Reuters) - Répétition titre.

PSA Peugeot Citroën devrait annoncer la semaine prochaine son retour sur le marché du pick-up, rapporte jeudi la Revue automobile, afin de répondre à la forte demande pour ce type de véhicule sur plusieurs marchés émergents.

"Le groupe PSA annoncera le 5 avril prochain, dans le cadre de son nouveau plan produit, son arrivée sur le marché du pick-up", écrit le magazine spécialisé.

Interrogé sur cette information, un porte-parole du constructeur a répondu que le plan "Push to Pass" ne serait pas détaillé avant mardi prochain.

S'ils veulent étendre leur présence à l'international, les groupes automobiles ne peuvent plus faire l'impasse aujourd'hui sur un segment qui représente plus d'un tiers (38%) du marché mondial du véhicule utilitaire. Sans oublier l'engouement des particuliers pour ce type de silhouette, comme pour tout ce qui rappelle un 4x4 ou un SUV aux lignes imposantes et haut sur roue.

Depuis l'arrêt de production en Afrique de l'inusable Peugeot 504 en 2006, et la fin en Amérique latine du petit Peugeot Hoggar, dérivé de la 207, en 2014, PSA n'a plus aucun pick-up dans sa gamme.

Renault a lui aussi comblé récemment cette lacune avec l'annonce d'un petit pick-up, "Oroch", dérivé du 4X4 low cost Duster, et d'un plus grand véhicule, "Alaskan", reprenant une plate-forme de Nissan, l'un des grands spécialistes du segment avec les autres constructeurs japonais et les Américains.

Interrogé mercredi sur l'éventualité d'une version pick-up des nouveaux fourgons présentés à Sevelnord (Nord), le directeur de la marque Peugeot Maxime Picat a répondu que l'architecture des véhicules ne le prévoyait pas.   Suite...

 
Répétition titre.

Usine PSA Peugeot Citroen de Sevelnord. Le groupe automobile devrait annoncer la semaine prochaine son retour sur le marché du pick-up, selon la Revue automobile, afin de répondre à la forte demande pour ce type de véhicule sur plusieurs marchés émergents. /Photo prise le 30 mars 2016/REUTERS/Pascal Rossignol