Les déboires de Credit Suisse, reflet du déclin des BFI d'Europe

jeudi 24 mars 2016 11h42
 

par Anjuli Davies et Jamie McGeever

LONDRES (Reuters) - Les banques de financement et d'investissement (BFI) européennes n'ont cessé de céder du terrain face à leurs concurrentes américaines depuis la crise financière de 2008-2009 et l'annonce mercredi par Credit Suisse d'une réduction de la voilure dans ses activités de marché en est une nouvelle illustration.

La deuxième banque suisse supprimera ainsi 2.000 postes supplémentaires au sein de sa division Global Markets, en sus des 4.000 emplois détruits annoncés en janvier.

Les banques d'investissement ont massivement réduit leurs coûts et supprimé des postes depuis la crise financière de 2008, le durcissement de la réglementation limitant leur capacité et leur volonté d'intervenir comme teneurs de marché.

Les grandes banques américaines se sont adaptées plus rapidement que leurs concurrentes européennes au nouvel environnement en partie parce que les régulateurs américains les ont contraintes à renforcer leurs fonds propres plus tôt mais aussi parce qu'elles sont adossées au marché le plus important et le plus lucratif en termes de commissions au monde.

L'essentiel de la réduction de voilure des banques européennes est intervenu dans les activités de marché sur les taux, le change et les matières premières (FICC, pour fixed income, currencies and commodities) dans lesquelles les revenus ont chuté et les banques d'investissement américaines font désormais la course en tête.

Dans une étude publiée au début de mois, le centre de réflexion sur les questions européennes Bruegel s'est alarmé du déclin des banques d'investissement européennes.

"Les banques d'investissements américaines sont près d'acquérir une position dominante en Europe tandis que depuis 2015 les banques d'investissement chinoises ont dépassé leurs homologues américaines et européennes en Asie-Pacifique", relèvent les auteurs de l'étude.

Ils appellent les autorités européennes à prendre la mesure du caractère stratégique des activités bancaires et financières et plaident pour que les grandes entreprises européennes soutiennent les quelques banques d'investissement européennes qui restent en leur accordant notamment une place dans les syndicats de placement de leurs émissions qui sont dominés par les banques américaines.   Suite...

 
Les banques de financement et d'investissement (BFI) européennes n'ont cessé de céder du terrain face à leurs concurrentes américaines depuis la crise financière de 2008-2009 et l'annonce mercredi par Credit Suisse d'une réduction de la voilure dans ses activités de marché en est une nouvelle illustration. /Photo prise le 9 mars 2016/REUTERS/Stefano Rellandini