Les Bourses européennes hésitantes à mi-séance

lundi 21 mars 2016 12h42
 

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes oscillent lundi à mi-séance autour de leurs niveaux de clôture de vendredi, au gré des mouvements des cours du pétrole, et Wall Street est également attendue sur une note hésitante à l'ouverture.

Faute d'indicateurs économiques majeurs à attendre au cours de cette semaine écourtée de Pâques, les investisseurs devraient continuer à analyser le ton plus accommodant adopté par la Réserve fédérale la semaine dernière, alors même que la reprise de l'économie américaine semble s'accélérer ces derniers mois.

À Paris, l'indice CAC 40 grignote 0,10% à 4.467,17 points vers 12h00. À Francfort, le DAX s'octroie 0,40% alors qu'à Londres le FTSE limite son avance à 0,17%, freiné par ses valeurs minières. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 gagne 0,22% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,52%.

Les futures à New York signalent à ce stade une ouverture de Wall Street en hausse de 0,11 à 0,16% selon les indices.

En Europe, l'indice des ressources de base (-1,72%) reste largement ancré dans le rouge, accusant toujours la plus forte baisse sectorielle, tout comme le secteur de l'énergie qui cède 1,4% alors que le Brent de mer du Nord se stabilise et que le brut léger américain perd 1,3%.

ArcelorMittal recule encore de 2,8%, plus forte baisse du CAC, le groupe minier chilien Antofagasta perd 3,5%, plus net recul de l'EuroFirst 300, et Glencore abandonne 2,2%.

Côté hausses, le secteur de la chimie s'adjuge 1,44%, dopé par le titre Bayer qui prend 3,3% à la suite d'une information selon laquelle Monsanto serait intéressé par la branche d'agrochimie du groupe allemand et n'exclut pas un rachat pur et simple de l'activité, valorisée à 30 milliards de dollars (26,6 milliards d'euros).

Casino, qui a ouvert en baisse de 4,8%, s'est rapidement stabilisé après l'annonce que Standard & Poor's a abaissé sa note de crédit de "BBB-" à "BB+". Le distributeur a réagi à cette annonce en confirmant sa prévision d'un Ebitda France de 900 millions d'euros en 2016, ainsi que "la poursuite rapide de l'exécution de son plan de désendettement".

Telecom Italia (+3,47%) est recherché après l'annonce du départ de son administrateur délégué Marco Patuano en raison de divergences stratégiques avec Vivendi. Le marché parie sur une refonte radicale du groupe lourdement endetté sous la houlette de son actionnaire français.   Suite...

 
Les Bourses européennes oscillent lundi à mi-séance autour de leurs niveaux de clôture de vendredi, au gré des mouvements des cours du pétrole. À Paris, l'indice CAC 40 grignote 0,10% vers 12h00 tandis qu'à Francfort, le DAX s'octroie 0,40%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach