Le marché de la dette émergente aborde une période délicate

lundi 14 mars 2016 11h17
 

par Karin Strohecker

LONDRES (Reuters) - Les signes récents de stabilisation des marchés émergents pourraient n'être qu'un épisode de calme avant la tempête car près de 1.600 milliards de dollars de dettes arriveront à échéance dans ces pays dans les cinq ans à venir, un mur qui pourrait être dur à franchir.

Le poids du service de la dette, qui augmentera de plus de 100 milliards de dollars d'ici 2020 par rapport à son niveau de 2015, résulte de la forte augmentation des emprunts liée à la crise financière de 2008.

De l'Afrique à l'Asie en passant par la Turquie, les emprunteurs publics et privés des pays émergents ont nettement accru leur endettement au cours de cette période en profitant des taux quasi-nuls pratiqués par les banques centrales, qui ont poussé les investisseurs à rechercher des rendements plus attrayants.

La dette d'entreprise ("corporate") représente plus des trois quarts des échéances à venir d'ici 2020 selon les données d'ICBC Standard Bank. Et si jusqu'à présent, le calendrier relativement léger des échéances et la faiblesse des taux a permis de limiter les défauts, la situation pourrait se compliquer avec la chute des cours des matières premières, la remontée des taux américains et, surtout, l'augmentation marquée des échéances.

"Le mur ne peut pas être ignoré, et pour deux raisons", explique Bhanu Baweja, responsable de la recherche sur les marchés émergents chez UBS. "D'abord parce que l'endettement est déjà très élevé, et précisément dans les secteurs qui risquent de connaître des difficultés, la finance et l'énergie, ensuite parce que les marchés mondiaux sont moins généreux qu'auparavant."

Une opinion partagée en grande partie par Brigitte Posch, responsable du marché de la dette corporate des marchés émergents chez Babson Capital Management.

"Pétrole et gaz sont l'un des secteurs sous pression au regard des fondamentaux", dit-elle, ajoutant que certains émetteurs privés manquant de la taille critique pourraient être contraints de restructurer leur dette mais que les plus gros problèmes pourraient concerner des entreprises publiques ou semi-publiques.

  Suite...

 
Les signes récents de stabilisation des marchés émergents pourraient n'être qu'un épisode de calme avant la tempête car près de 1.600 milliards de dollars de dettes arriveront à échéance dans ces pays dans les cinq ans à venir, un mur qui pourrait être dur à franchir.  /Photo d'archives/REUTERS/Soe Zeya Tun