Le 5X de Dassault Aviation pour 2020, plus de deux ans de retard

jeudi 10 mars 2016 12h49
 

par Cyril Altmeyer

SAINT-CLOUD, Hauts-de-Seine (Reuters) - Dassault Aviation a annoncé jeudi que le Falcon 5X, l'un des deux nouveaux jets sur lesquels il compte dans un marché de plus en plus compétitif, ne devrait entrer en service qu'au premier semestre 2020 en raison des difficultés du moteur de Safran.

L'avionneur, en concurrence avec l'américain Gulfstream et le canadien Bombardier, s'attend à une remontée de ses livraisons de Falcon cette année, à 60 unités, après avoir raté son objectif de 65 livraisons en 2015 - avec seulement 55 unités - sur fond de ralentissement économique dans les émergents.

Le PDG de Dassault Aviation, qui espérait l'an dernier un rebond des livraisons pour 2017, s'est cette fois refusé à tout pronostic dans un marché qu'il ne juge pas encore stabilisé, après une division par deux des commandes de Falcon à 45 unités en 2015, à laquelle s'est ajoutée une annulation de 20 avions de la part de l'intermédiaire NetJets.

"On est un peu déçu, on sent bien que le marché aujourd'hui est encore un peu mou", a dit Eric Trappier lors d'une conférence de presse, citant entre autres la crise économique au Brésil et les conditions plus strictes des achats d'entreprises en Chine qui pèsent sur les commandes de jets.

"On a vraiment espéré en 2014 avec cette prise de commandes qui a été sûrement un rattrapage des années précédentes qui avaient été faibles", a-t-il ajouté. "Il faut qu'on comprenne bien, on fait la tournée de tous nos clients en ce moment."

Eric Trappier a en outre dit s'attendre à "quelques annulations" des commandes de 5X, victime des retards du moteur Silvercrest de Snecma (groupe Safran), tandis que l'entrée en service de son autre nouveau jet, le 8X, est, lui, toujours prévu pour le second semestre 2016.

Il s'est refusé à tout commentaire sur le carnet de commandes de ces deux avions.

  Suite...

 
Dassault Aviation, qui a raté son objectif en 2015, ambitionne de livrer 60 jets Falcon cette année. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier