Casino promet du mieux en France mais reste vague sur le Brésil

mercredi 9 mars 2016 16h16
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Casino a confirmé mercredi prévoir une forte amélioration de ses résultats en France en 2016 mais s'est refusé à toute indication sur l'évolution à attendre au Brésil, où la récession a plombé son exercice 2015.

Le distributeur promet pour cette année un spectaculaire redressement de sa rentabilité dans l'Hexagone, qui a souffert d'importantes baisses de prix dans ses hypermarchés Géant et son enseigne discount Leader Price.

Alors que le résultat opérationnel a reculé de 15% en France à 337 millions d'euros, pénalisé par une perte au premier semestre, Casino a redressé la barre en deuxième partie d'année et a confirmé prévoir un résultat de plus de 500 millions en 2016, objectif jugé très ambitieux par les analystes.

Pris en tenaille entre la chute de ses résultats au Brésil et le plongeon de son titre en Bourse en début d'année, le distributeur attaqué par le fonds Muddy Waters et menacé de dégradation de sa notation financière par Standard & Poor's a engagé un vaste programme de cessions d'actifs pour améliorer son bilan.

Il a réaffirmé mercredi que les quelque 4,0 milliards d'euros de produits de cessions attendus seraient affectés à la réduction d'une dette nette de 6,1 milliards d'euros.

Mais en vendant sa très rentable filiale thaïlandaise Big C, Casino voit son profil profondément modifié, avec un poids accru de la contribution de ses activités françaises, aux marges peu élevées, alors que le Brésil s'enfonce dans la récession.

Très attendu sur ses leviers de rentabilité en France, où la déflation sévit toujours, Casino a dit miser sur une reprise de ses ventes grâce aux baisses de prix déjà opérées, sur les synergies tirées de son alliance dans les achats avec Intermarché et sur des économies de coûts.

Pour 2016, il table sur une croissance de ses ventes en France de plus de 1,5% en comparable, après +1,9% en 2015.   Suite...

 
Casino promet une forte amélioration de ses résultats en France en 2016 mais le distributeur se refuse à toute indication sur l'évolution à attendre au Brésil, où la récession a plombé son exercice 2015. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard