8 mars 2016 / 08:25 / dans un an

Merck anticipe une hausse moins forte que prévu de son bénéfice

Merck KGaA a dit mardi anticiper pour cette année une hausse de plus de 10% de son excédent brut d'exploitation (EBE ou Ebitda) ajusté, le groupe pharmaceutique et chimique tablant sur le fait que les bénéfices supplémentaires générés par Sigma-Aldrich, racheté l'an dernier, compenseront une augmentation des dépenses liées au développement de nouveaux médicaments. L'EBE, hors éléments exceptionnels, aura toutefois une progression vers le bas d'une fourchette à deux chiffres. /Photo prise le 28 janvier 2016/Ralph Orlowski

DARMSTADT, Allemagne (Reuters) - Merck KGaA a dit mardi anticiper pour cette année une hausse de plus de 10% de son excédent brut d'exploitation (EBE ou Ebitda) ajusté, le groupe pharmaceutique et chimique tablant sur le fait que les bénéfices supplémentaires générés par Sigma-Aldrich, racheté l'an dernier, compenseront une augmentation des dépenses liées au développement de nouveaux médicaments.

L'entreprise allemande, par ailleurs premier fabricant mondial des cristaux liquides pour écrans plats, s'attend à ce que son EBE, hors éléments exceptionnels, affiche cette année une progression vers le bas d'une fourchette à deux chiffres.

Les analystes interrogés par Reuters avaient jusqu'ici retenu une hausse de 18% pour l'EBE ajusté 2016.

Merck a bouclé en novembre le rachat, pour 17 milliards de dollars (15,4 milliards d'euros), de Sigma-Aldrich, opération qui permettra au groupe de renforcer Merck Millipore, sa filiale spécialisée dans les fournitures, équipements et services pour les laboratoires, qui accédera ainsi à la deuxième place mondiale derrière l'américain Thermo Fisher.

Merck a précisé qu'il porterait les dépenses consacrées au développement de nouveaux traitements dans l'immuno-oncologie à 200 millions d'euros cette année. Cela inclut l'Avelumab, développé conjointement avec Pfizer.

Au quatrième trimestre 2015, l'EBE ajusté a augmenté de 6,3%, à 933 millions d'euros, contre un consensus des analystes de 905 millions.

Le bénéfice net est ressorti à 126 millions d'euros, niveau inférieur de plus de 150 millions d'euros au consensus, en raison de coûts exceptionnels liés au rachat de Sigma-Aldrich.

Ludwig Burger, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below