4 mars 2016 / 07:53 / dans 2 ans

Gemalto compte nettement améliorer sa marge brute cette année

Le directeur général de Gemalto, Olivier Piou. Le spécialiste de la sécurité numérique annonce un résultat des activités opérationnelles en hausse de 10% et meilleur que prévu au titre de 2015, à 423 millions d'euros, avec une génération de flux de trésorerie qui a accéléré au deuxième semestre. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - Gemalto anticipe une nette amélioration de sa marge brute cette année grâce aux tendances positives sur ses activités après avoir plus augmenté que prévu son résultat opérationnel en 2015 grâce au paiement et au redémarrage des programmes gouvernementaux.

Le spécialiste français de la sécurité numérique précise vendredi dans un communiqué s‘attendre à une augmentation de 1,5 point de son taux de marge brute en 2016, après une quasi-stagnation (+0,3 point) à 39,0% l‘an passé, la dégradation dans le mobile contrebalançant le dynamisme du paiement.

“Ces deux dernières années, on a beaucoup investi”, a souligné le directeur général Olivier Piou lors d‘une conférence téléphonique, citant notamment les dépenses liées à l‘adoption par les Etats-Unis de la norme EMV (Eurocard Mastercard Visa, la norme internationale des cartes de paiement).

“On a (désormais) besoin de moins investir pour capturer la croissance et donc cela devrait augmenter notre marge brute de façon significative”, a-t-il ajouté.

L‘atteinte de l‘objectif, confirmé, d‘un bénéfice opérationnel supérieur à 660 millions d‘euros en 2017, tient moins à la maîtrise des dépenses opérationnelles qu‘à cette augmentation de la marge brute, a poursuivi Olivier Piou, répondant à une interrogation des analystes.

MONTÉE EN PUISSANCE DE L’“INTERNET DES OBJETS”

En 2015, Gemalto a dégagé un bénéfice opérationnel de 422,6 millions d‘euros, supérieur au consensus Thomson Reuters I/B/E/S. (389,6 millions), soit une hausse de 10,4%.

Son chiffre d‘affaires a progressé de 27% (16% à taux de change constants) à 3,122 milliards d‘euros, en ligne avec les attentes.

Gemalto a bénéficié de la contribution de SafeNet, spécialiste de protection des données des logiciels, qui fait du pôle paiement et identité sa première activité, avec 58% des ventes contre 36% il y a dix ans.

Le mobile accuse un recul de 1% de son chiffre d‘affaires à taux de changes courants et une dégradation de quatre points de sa marge brute, même si la montée en puissance de l‘internet des objets a compensé en partie la décrue de l‘activité liée aux cartes SIM.

Gemalto s‘attendait à ce que la fermeture du service de paiement mobile Softcard limite la progression de son segment mobile au second semestre en rythme annuel.

Softcard a fermé à la suite de son rachat par Google en février 2015, qui l‘a remplacée par son propre service, Google Wallet.

Le groupe, qui prévoit pour cette année une hausse de son flux de trésorerie disponible par rapport aux 170 millions d‘euros 2015, propose un dividende de 0,47 euro par action au titre de 2015, contre 0,42 euro pour 2014.

Son concurrent Oberthur Technologies, qui avait repoussé en novembre 2015 sa réintroduction en Bourse, a publié le 1er mars une marge brute d‘exploitation (Ebitda) de 15,8% en 2015, en hausse d‘un demi-point, et un chiffre d‘affaires de 1,157 milliard.

Avec Véronique Tison, édité par Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below