Havas a continué sur sa lancée en 2015, confiant pour 2016

jeudi 25 février 2016 18h23
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Havas a signé une nouvelle année de croissance robuste en 2015 tout en poursuivant l'amélioration de ses marges, porté par les gains de nouveaux contrats et le succès des "Havas Villages" qui font travailler ensemble ses différents métiers.

Le sixième groupe publicitaire mondial envisage avec sérénité l'exercice 2016, fort des nouveaux budgets engrangés en fin d'année dernière, a déclaré à Reuters son PDG, Yannick Bolloré.

Après avoir fortement redressé sa croissance en 2014, Havas a maintenu le rythme l'an dernier, affichant une progression de ses revenus à données comparables de 5,1%, dans le peloton de tête des principaux groupes publicitaires mondiaux.

"C'est une année record pour le groupe", a dit Yannick Bolloré, qui est aux commandes d'Havas depuis 2013, soulignant que la société avait pour la première fois franchi le cap des deux milliards d'euros de chiffre d'affaires (2,19 milliards).

A titre de comparaison, son concurrent français Publicis, numéro trois du secteur, a engrangé une croissance sans lustre de 1,5% tandis que l'américain Omnicom, le numéro deux, a progressé de 4,8%. Le leader mondial WPP publiera ses chiffres le 4 mars.

Havas a profité d'une croissance solide en Europe (+4,7%), où il réalise la moitié de ses revenus, ainsi qu'aux Etats-Unis (+6,4%), qui ont permis de compenser les difficultés rencontrées en Amérique latine (+1,3%).

Le quatrième trimestre a toutefois marqué un léger fléchissement par rapport aux neuf premiers mois avec une croissance de 3,1%, contre 5,5% sur les trois mois précédents.

  Suite...

 
Havas a signé une nouvelle année de croissance robuste en 2015 tout en poursuivant l'amélioration de ses marges, porté par les gains de nouveaux contrats et le succès des "Havas Villages" qui font travailler ensemble ses différents métiers. Le sixième groupe publicitaire mondial envisage avec sérénité l'exercice 2016, fort des nouveaux budgets engrangés en fin d'année dernière, a déclaré à Reuters son PDG, Yannick Bolloré. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier