La réunion du G20 suscite peu d'espoirs de coordination

jeudi 25 février 2016 21h26
 

par John Ruwitch et Pete Sweeney

SHANGHAI (Reuters) - La réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20 vendredi et samedi à Shanghaï, en Chine, risque de décevoir ceux qui en espèrent un grand plan concerté de relance de l'économie mondiale et d'apaisement sur les marchés financiers.

Aux yeux de certains, la situation actuelle, avec une demande mondiale obstinément atone, des Bourses en baisse et une volatilité sur le marché des changes, est comparable à celle d'avril 2009.

A cette époque, au paroxysme de la crise économique et financière mondiale, les ministres du G20 s'étaient entendus sur des mesures coordonnées pour éviter au monde de sombrer dans une dépression généralisée.

Le souvenir des Accords du Plaza, qui ont mis fin en 1985 au raffermissement continu du dollar, est aussi invoqué pour plaider en faveur d'une meilleure coordination au sein du G20.

Mais ces Accords du Plaza avaient été conclus entre cinq grandes puissances industrielles quand il faut aujourd'hui tenter de s'entendre entre 20 pays aux profils variés et aux intérêts divergents menant parfois des politiques monétaires opposées, comme entre les Etats-Unis d'une part et la zone euro et le Japon d'autre part.

"Les marchés financiers ont besoin d'un revigorant mais nous ne nous attendons pas à un accord du type Plaza", dit un responsable japonais. "Il n'y a pas de recette magique."

RÉCESSION ?   Suite...

 
La réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20 vendredi et samedi à Shanghaï, en Chine, risque de décevoir ceux qui en espèrent un grand plan concerté de relance de l'économie mondiale et d'apaisement sur les marchés financiers. Les 20 pays ont des profils variés et des intérêts divergents menant parfois des politiques monétaires opposées, comme entre les Etats-Unis d'une part et la zone euro et le Japon d'autre part. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid