Airbus va produire plus d'A330 que prévu, l'A400M encore risqué

mercredi 24 février 2016 09h01
 

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

LONDRES (Reuters) - Airbus Group a de nouveau augmenté son dividende après des résultats 2015 légèrement supérieurs aux attentes et a décidé de relever sa production de long-courriers A330 pour faire face à la demande.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense met toutefois en garde mercredi dans un communiqué sur le risque qui subsiste concernant l'avion de transport militaire A400M, victime de retards.

Airbus Group précise discuter encore avec les pays clients de l'A400M sur un nouveau calendrier de développement des capacités militaires et de livraisons, ainsi que d'une révision de la formule d’indexation des prix.

La maison mère d'Airbus a aussi décidé de produire sept A330 par mois à partir de 2017, après avoir récemment réduit son rythme mensuel de dix à neuf, puis à six, afin de préparer la transition avec son nouveau long-courrier, l'A350.

Airbus Group a dégagé un bénéfice opérationnel (Ebit) avant exceptionnels de 4,132 milliards d'euros en 2015 (+2%) contre un consensus de 4,114 milliards selon les données réunies par Inquiry Financial.

Le groupe a passé une charge nette de 635 millions d’euros liée à l’écart de comptabilisation des paiements avant livraison en dollars et aux réévaluations bilancielles dues à la faiblesse de l’euro face au dollar.

Mais Airbus Group a également enregistré un gain net de 748 millions d'euros issu de la vente d’une participation de 18,75% dans Dassault Aviation au premier semestre.

Le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 6% l'an passé à 64,50 milliards (consensus 64,736 milliards), dont 11,512 milliards (+5%) dans les activités de défense que le groupe cherche à céder partiellement.   Suite...

 
Airbus Group a décidé de relever sa production de long-courriers A330 pour faire face à la demande mais le groupe européen d'aérospatiale et de défense met en garde sur le risque qui subsiste concernant l'avion de transport militaire A400M, victime de retards. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer