Le climat des affaires en Allemagne à un plus bas en février

mardi 23 février 2016 11h55
 

BERLIN (Reuters) - Le climat des affaires en Allemagne a accusé une baisse plus marquée que prévu en février, reculant pour le troisième mois consécutif pour revenir à son niveau le plus bas depuis plus d'un an, montre l'enquête mensuelle publiée mardi par l'institut Ifo.

Le sous-indice des anticipations des entrepreneurs allemands se replie plus brutalement encore et connaît sa chute la plus forte depuis novembre 2008, soit deux mois après la faillite de la banque d'investissement américaine Lehman Brothers qui avait donné le coup d'envoi d'une crise financière mondiale.

L'indice calculé par l'institut munichois à partir d'un échantillon de 7.000 entreprises s'affiche à 105,7 pour le mois en cours, au plus bas depuis décembre 2014, après 107,3 en janvier.

Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne un indice à 106,7 pour le mois de février.

Le nouveau recul de cet indice confirme que les dirigeants d'entreprise de la première économie européenne s'inquiètent pour leurs perspectives d'exportation en raison du ralentissement des marchés émergents.

Le sous-indice des anticipations recule pour sa part à 98,8 après 102,3 en janvier sur fond de turbulences sur les marchés financiers et de craintes pour l'économie mondiale dans le sillage de la panne de la croissance chinoise.

"La majorité des entreprises ont été pessimistes concernant leurs perspectives, pour la première fois depuis plus de six mois", souligne dans un communiqué le président de l'Ifo, Hans-Werner Sinn. "Les entreprises allemandes expriment de plus en plus leur préoccupation, en particulier dans le secteur manufacturier".

La publication de ces données a eu pour effet de faire baisser l'euro sous la barre de 1,10 dollar pour la première fois depuis près de trois semaines.

L'Ifo devrait réviser à la baisse sa prévision, établie en décembre, d'une croissance de l'économie allemande de 1,9% en 2016, a déclaré à Reuters l'économiste de cet institut, Klaus Wohlrabe.   Suite...

 
L’INDICE IFO EN ALLEMAGNE