Première perte annuelle en 26 ans pour Standard Chartered

mardi 23 février 2016 13h03
 

par Lawrence White et Richa Naidu

LONDRES (Reuters) - Standard Chartered a fait état de sa première perte annuelle depuis 1989, lourdement pénalisée par des coûts de restructuration et les conséquences de la chute des cours des matières sur les économies émergentes auxquelles la banque est très exposée.

Le résultat avant impôt est ressorti en perte de 1,5 milliard de dollars (1,36 milliard d'euros) au titre de 2015, après prise en compte de 1,8 milliard de coûts de restructuration.

Le bénéfice imposable, hors éléments exceptionnels, a chuté de 84% à 800 millions de dollars, contre 5,2 milliards en 2014. Les analystes prévoyaient en moyenne 899 millions, selon le consensus établi par Thomson Reuters.

La chute des résultats et la perspective d'une nouvelle année difficile en 2016 ont fait chuter l'action qui a perdu plus de 11% dans les premiers échanges avant de se reprendre. Vers 11h40 GMT, le titre est en recul de près de 5,7%.

La perte avant impôts souligne l'ampleur des défis auxquels est confronté le nouveau directeur général Bill Winters, qui veut renouer avec la croissance après six trimestres consécutifs de contraction de l'activité.

Bill Winters, un ancien de JP Morgan, a annoncé un plan de suppression de 15.000 postes et lancé une augmentation de capital de 5,1 milliards de dollars dans le cadre d'un vaste plan de restructuration destiné à rétablir la rentabilité et à consolider le bilan de la banque, mis à mal notamment par l'envolée des créances douteuses liée à son exposition aux marchés émergents.

"L'environnement extérieur compliqué ne constitue pas une excuse pour nos résultats. Nous ne sommes pas des victimes passives", a dit Bill Winters.

"Les défis extérieurs accentuent le besoin urgent de prendre toutes les mesures nécessaires pour traiter les problèmes structurels et opérationnels que nous avons identifiés comme critiques pour améliorer la rentabilité."   Suite...

 
Standard Chartered fait état de sa première perte annuelle depuis 1989, lourdement pénalisée par des coûts de restructuration et les conséquences de la chute des cours des matières sur les économies émergentes auxquelles la banque est très exposée. Le résultat avant impôt est ressorti en perte de 1,5 milliard de dollars (1,36 milliard d'euros) au titre de 2015, après prise en compte de 1,8 milliard de coûts de restructuration. /Photo prise le 27 février 2015/REUTERS/Eddie Keogh