Nestlé déçoit sur la croissance des ventes, 2016 s'annonce ardue

jeudi 18 février 2016 10h24
 

par Silke Koltrowitz

VEVEY, Suisse (Reuters) - Nestlé a déçu les attentes en 2015 avec une croissance organique de 4,2% seulement et il s'attend à une performance comparable cette année en expliquant qu'il lui est de plus en plus difficile d'augmenter ses prix dans un contexte économique morose.

L'action du géant suisse de l'agroalimentaire perdait près de 4% en début de séance en Europe.

Comme ses concurrents, Nestlé doit faire face au ralentissement de la croissance et à des consommateurs devenus plus exigeants dans les pays émergents, en particulier en Chine, tandis que les ventes en Inde ont pâti d'un rappel de ses nouilles Maggi.

Le propriétaire, entre autres, des marques Nescafé et KitKat, a été lent à s'adapter à l'évolution de la demande chinoise, mais il a désormais entrepris de revoir les recettes de certains de ses produits pour améliorer leur qualité nutritionnelle, tout en développant ses activités de commerce électronique.

L'année 2015 est la troisième consécutive durant laquelle Nestlé a raté son objectif à long terme de 5% à 6% de croissance organique, une déception répétée qui peut expliquer des prévisions plus modestes pour 2016.

"Nous prévoyons que notre environnement commercial en 2016 sera similaire aux années précédentes, avec une adaptation des prix encore plus légère", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"De ce fait, nous envisageons de réaliser une croissance organique en ligne avec 2015, avec une amélioration des marges et du bénéfice récurrent par action à taux de change constants, ainsi que de la rentabilité du capital".

L'administrateur délégué du groupe, Paul Bulcke, a par la suite assuré que l'objectif à long terme n'était pas abandonné mais qu'il lui fallait faire preuve de réalisme.   Suite...

 
Le PDG de Nestlé Paul Bulcke (à gauche) et le directeur financier Francois-Xavier Roger lors d'une conférence de presse au siège du groupe à Vevey en Suisse. Le groupe agroalimentaire a déçu les attentes en 2015 avec une croissance organique de 4,2% seulement et il s'attend à une performance comparable cette année en expliquant qu'il lui est de plus en plus difficile d'augmenter ses prix dans un contexte économique morose. /Photo prise le 18 février 2016/REUTERS/Pierre Albouy