Schneider compte poursuivre ses gains de productivité en 2016

mercredi 17 février 2016 10h02
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Schneider Electric compte poursuivre ses gains de productivité afin d'améliorer sa marge dans un environnement qui s'annonce encore difficile en 2016, année marquée aussi par un renversement des effets de changes qui deviendront très négatifs.

Le spécialiste des équipements électriques basse et moyenne tension, qui avait revu en baisse fin octobre ses objectifs annuels en raison d'un effet devises moins positif que prévu, a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires record de 26,6 milliards d'euros, en hausse de 6,8% mais en baisse de 1% à périmètre et changes constants.

Le chiffre d'affaires dépasse le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, qui donnait 26,46 milliards.

"Nous sommes sur des records pour le groupe, ce qui est à noter dans l'environnement que nous avons connu avec une Chine qui a corrigé fortement et une très forte chute des marchés finaux dans l'oil & gas", a souligné au téléphone Emmanuel Babeau, directeur financier du groupe.

L'action gagne 7,6% à 51,68 euros vers 9h40, signant la plus forte hausse du CAC 40.

"Les résultats annuels sont bien supérieurs aux attentes. Après la performance boursière récente et les anticipations qui restaient faibles, la réaction du titre devrait être positive", commente un trader parisien.

Si l'Europe de l'Ouest reste en croissance en ce début d'année et si les difficultés en Chine s'annoncent un peu moins sévères qu'en 2015, Schneider entend sélectionner avec soin les affaires les plus rentables, ce qui se traduira par un chiffre d'affaires organique au mieux stable, et au pire en "baisse modérée à un chiffre" en 2016.

  Suite...

 
Usine de Schneider Electric près de Vadodara dans l'Etat du Gujarat en Inde. Le spécialiste des équipements électriques basse et moyenne tension compte poursuivre ses gains de productivité afin d'améliorer sa marge dans un environnement qui s'annonce encore difficile en 2016, année marquée aussi par un renversement des effets de changes qui deviendront très négatifs. /Photo prise le 5 novembre 2015/REUTERS/Amit Dave