Accord à 4 pour geler la production de pétrole, sous conditions

mardi 16 février 2016 17h38
 

par Rania El Gamal et Tom Finn

DOHA (Reuters) - Quatre des principaux pays producteurs de pétrole ont annoncé mardi s'être accordés pour geler leur production de brut mais à condition d'être suivis par d'autres grands exportateurs, un point de blocage potentiel majeur avec l'Iran puisque Téhéran entend au contraire augmenter ses pompages.

Les ministres du Pétrole d'Arabie saoudite, de Russie, du Qatar et du Venezuela ont annoncé cet accord à l'issue d'une réunion impromptue à Doha, la première organisée à un tel niveau de responsabilité depuis plusieurs mois pour tenter de soutenir le prix du baril, tombé le mois dernier à son plus bas niveau depuis 12 ans.

Le ministre saoudien, Ali al Naïmi, a déclaré quant à lui espérer que cet accord serait adopté par d'autres producteurs, au sein de l'Opep et en dehors.

"C'est très important, nous ne voulons pas de fluctuations fortes des cours, nous voulons répondre à la demande. Nous voulons un prix du pétrole stable", a-t-il dit.

Son homologue vénézuélien, Eulogio Del Pino, a précisé qu'il se rendrait mercredi à Téhéran pour des discussions avec ses homologues iranien et irakien.

Le baril de Brent, qui prenait plus 5% à plus de 35,50 dollars en début de journée avant la réunion de Doha, a effacé tous ses gains après l'annonce de ses conclusions et cédait même quelques fractions vers 14h30, à 33,34 dollars tandis que le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) était inchangé à 29,51 dollars.

"L'accord (en cas de succès) peut soutenir les cours du pétrole mais il y a des raisons d'être prudent. Tous les membres de l'Opep n'ont pas signé l'accord, notamment l'Iran et l'Irak. L'Histoire suggère aussi que le respect des engagements peut poser problème", a commenté Jason Tuvey, analyste de Capital Economics.

  Suite...

 
Répétition coquille.

Les ministres saoudien et qatari du Pétrole, Ali al Naïmi (à gauche) et Mohammad bin Saleh al Sada. L'Arabie saoudite, le Qatar, la Russie et le Venezuela, quatre des principaux pays producteurs de pétrole, ont annoncé mardi s'être accordés pour geler leur production de brut mais à condition d'être suivis par d'autres grands exportateurs, un point de blocage potentiel majeur avec l'Iran puisque Téhéran entend au contraire augmenter ses pompages. /Photo prise le 16 février 2016/REUTERS/Naseem Zeitoon