L'industrie européenne en panne, de mauvais augure pour le PIB

mercredi 10 février 2016 18h47
 

par Andy Bruce et Gavin Jones

LONDRES/ROME (Reuters) - Les quatre premières économies européennes ont subi en décembre une baisse plus sévère que prévu de leur production industrielle, un nouveau signe d'inquiétude pour l'économie mondiale qui peine à maintenir son rythme de croissance.

Après la baisse inattendue annoncée en Allemagne mardi, la France, le Royaume-Uni et l'Italie ont à leur tour fait état mercredi d'une production industrielle en berne, suscitant des interrogations sur l'ampleur de la reprise sur le Vieux Continent en 2016.

Les chiffres font monter la pression sur la Banque centrale européenne (BCE) pour qu'elle adopte de nouvelles mesures de relance monétaire lors de sa réunion le mois prochain.

La semaine dernière, la Banque d'Angleterre a revu à la baisse ses prévisions de croissance mais a dit qu'elle s'attendait toujours à ce que la prochaine modification de ses taux d'intérêt soit à la hausse plutôt qu'à la baisse.

La production industrielle du Royaume-Uni a subi en décembre sa plus forte contraction mensuelle depuis septembre 2012, en raison notamment du recul de l'extraction minière, pétrolière et gazière et de la production manufacturière.

La production industrielle de la France s'est, elle, contractée de 1,6%, bien plus que prévu, sous l'impact d'une nouvelle baisse de la production d'énergie mais aussi de reculs importants dans l'automobile ou les équipements électriques et électroniques.

L'activité manufacturière est à la peine dans toute l'Europe face à une demande des pays émergents qui s'affaisse, en Chine notamment.

"En étendant ce cas, on peut dire que les mauvais chiffres de la production industrielle se voient dans le monde entier. Si on regarde les Etats-Unis, c'est aussi une certaine tendance qui se dégage depuis quelques trimestres", observe Rob Carnell, économiste en chef à ING.   Suite...

 
Les quatre premières économies européennes ont subi en décembre une baisse plus sévère que prévu de leur production industrielle, un nouveau signe d'inquiétude pour l'économie mondiale qui peine à maintenir son rythme de croissance. /Photo prise le 17 mars 2015/REUTERS/Fabian Bimmer