Nissan fait mieux que prévu grâce à la vigueur de la demande

mercredi 10 février 2016 11h59
 

par Naomi Tajitsu

YOKOHAMA, Japon (Reuters) - Nissan Motor a annoncé mercredi une hausse de 24%, plus forte qu'attendu, de son bénéfice d'exploitation trimestriel et confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice clos fin mars, la progression de ses ventes en Amérique du Nord comme en Europe occidentale compensant des effets de change défavorables sur les marchés émergents.

Le deuxième constructeur automobile japonais par le chiffre d'affaires, allié du français Renault, a réalisé sur la période octobre-décembre, troisième trimestre de son exercice fiscal, un bénéfice d'exploitation de 192,6 milliards de yens (1,49 milliard d'euros), alors que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S le donnait à 178,66 milliards.

Les résultats du trimestre incluent des charges de 26,8 milliards de yens liées à la faiblesse du peso mexicain et d'autres monnaies face au dollar américain.

Le groupe explique que les ventes de pick-up et de SUV aux Etats-Unis et la progression de la demande en Europe devraient lui permettre d'atteindre son objectif d'un bénéfice d'exploitation annuel de 730 milliards de yens, en hausse de 24% par rapport à l'exercice précédent.

"Nous prévoyons qu'une demande solide pour nos nouveaux modèles et la tendance encourageante en Amérique du Nord et en Europe occidentale, conjuguées à la poursuite des gains de productivité, compenseront un contexte défavorable sur certains marchés et sur les changes, principalement sur les marchés émergents", a déclaré à la presse Joji Tagawa, vice-président exécutif du groupe.

Nissan maintient sa prévision de taux de change pour l'exercice en cours à 119,4 yens pour un dollar.

A la Bourse de Paris, l'action Renault gagnait plus de 5% après ces annonces. A Tokyo, le titre Nissan avait fini en recul de 1,81% avant la publication des comptes trimestriels.

  Suite...

 
Nissan annonce un bénéfice d'exploitation plus élevé que prévu au troisième trimestre, les fortes ventes réalisées en Europe occidentale et en Amérique du Nord ayant compensé des effets de change défavorables dans les marchés émergents. /Photo prise le 10 février 2016/REUTERS/Yuya Shino