Les banques européennes chutent plus brutalement qu'en 2008

mercredi 10 février 2016 08h12
 

par Sinead Cruise et Richa Naidu

LONDRES (Reuters) - Les actions des grandes banques européennes sont au coeur des préoccupations des investisseurs et dégringolent plus brutalement qu'elles ne l'avaient fait en 2008, au début de la crise financière.

Les banques européennes ont perdu près d'un quart de leur valeur en Bourse, soit plus de 240 milliards de dollars, depuis le début de l'année.

L'accumulation des inquiétudes macro-économiques menace ainsi de défaire ce qui avait été construit en huit ans pour réduire les coûts, équilibrer les bilans et se protéger contre le risque.

La chute des cours du pétrole, l'explosion des coûts technologiques et la volatilité des marchés ne sont que quelques-uns des facteurs qui placent les banques au centre des préoccupations des investisseurs.

Il faut y ajouter le poids des créances douteuses et les taux d'intérêt négatifs qui menacent les marges nettes d'intérêt et pourraient conduire les banques à facturer les comptes courants.

"Il n'y a aucun signal à l'achat sur le secteur bancaire", résume Neil Dwane, responsable de la stratégie chez Allianz Global Investors.

Dans ce contexte, Deutsche Bank, UniCredit et Credit Suisse ont vu leurs actions chuter deux fois plus qu'elles ne l'avaient fait sur la même période au début de 2008.

Parmi les 15 principales banques européennes, seules ING et Nordea Bank, qui ont cédé respectivement 21% et 15%, ont perdu moins qu'entre le nouvel an et le 8 février 2008.   Suite...

 
Les actions des grandes banques européennes, qui dégringolent plus brutalement qu'elles ne l'avaient fait en 2008, au début de la crise financière, sont au coeur des préoccupations des investisseurs. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson