ING fait mieux que prévu, minimise son exposition au pétrole

jeudi 4 février 2016 10h51
 

par Toby Sterling

AMSTERDAM (Reuters) - ING a fait état jeudi de résultats du quatrième trimestre supérieurs aux attentes et a cherché à calmer les inquiétudes des investisseurs au sujet de son exposition au secteur pétrolier, qui ont entraîné une chute de plus 20% de son cours de Bourse depuis le début de l'année.

Le directeur des risques de la première banque néerlandaise, Wilfried Nagel, a souligné que l'exposition directe au secteur pétrolier représentait 4,8 milliards d'euros sur un portefeuille de prêts d'environ 533 milliards.

Il a estimé que le coût du risque, soit les provisions pour créances douteuses, augmenterait cette année par rapport à 2015, si les cours du baril de pétrole demeuraient autour de 30 dollars, et pourrait dépasser légèrement les niveaux atteints en 2014, si le prix du baril devait encore chuter et rester durablement plus bas.

Mais Wilfried Nagel a ajouté que d'autres éléments du portefeuille de prêts bénéficieraient d'un prix du pétrole bas, qui améliore la capacité de remboursement de certaines entreprises et des ménages.

"Environ 97% de notre bilan bénéficie indirectement de prix du pétrole plus bas", a-t-il noté au cours d'une conférence téléphonique.

Le bénéfice net courant est ressorti à 822 millions d'euros sur la période, contre 584 millions il y a un an et un consensus Thomson Reuters de 765 millions.

"Une performance opérationnelle solide au quatrième trimestre, un taux de distribution élevé, des perspectives encourageantes et un message rassurant sur le pétrole et le gaz sont les ingrédients d'un fort rebond (du titre) aujourd'hui", a résumé Jan Willem Knoll, analyste d'ABN Amro, dans une note de recherche.

  Suite...

 
ING, première banque néerlandaise, a fait état jeudi de résultats du quatrième trimestre supérieurs aux attentes, portés par la bonne tenue de ses activités de détail et par ses opérations en Allemagne. /Photo d'archives/ REUTERS/Robin van Lonkhuijsen