Snecma prêt pour le grand saut avec le moteur d'avion LEAP

mercredi 3 février 2016 17h16
 

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

VILLAROCHE, Seine-et-Marne (Reuters) - Deux-mille moteurs d'avions LEAP, de conception nouvelle, fabriqués en 2020, en partant de zéro en ce début 2016 : c'est une ascension vertigineuse vers des sommets jamais atteints, l'un de ces paris fous dont l'aéronautique raffole.

CFM International, une coentreprise entre Snecma (groupe Safran) et General Electric, prévoit de livrer le premier exemplaire en avril à Airbus.

Il équipera l'A320neo, version remotorisée du monocouloir vedette du constructeur européen, avant une entrée en service de l'appareil anticipée en juillet. L'autre moteur proposé, le Geared Turbofan, est conçu par l'américain Pratt & Whitney, filiale de United Technologies.

Les cadences vont monter à un rythme inédit: 150 moteurs produits cette année, aux deux tiers pour Airbus, le reste essentiellement pour l'avion concurrent, le 737MAX de Boeing, plus trois ou quatre exemplaires pour le futur C919 du chinois Comac. En 2017, ce sera le double, et ainsi de suite jusqu'à atteindre le rythme annuel de 2.000 à partir de 2020.

On pourrait s'attendre à une effervescence digne d'une ruche. Il n'en est rien. Le silence de l'usine de Villaroche est à peine troublé par le bruit régulier et rassurant des machines qui préparent ces nouveaux moteurs.

Les équipes accélèrent le rythme, les vacations se multiplient, débordent sur la nuit, mais ouvriers et ingénieurs sont d'un calme olympien.

"Je dors peu, mais je dors bien", résume dans un sourire Sébastien Imbourg, responsable du programme LEAP, qui sent peser en grande partie sur ses épaules le défi majeur du patron de Safran, nommé l'an passé, Philippe Petitcolin.

Tout juste concède-t-il qu'avant l'entrée en service du LEAP cet été chez Airbus et au troisième trimestre 2017 chez Boeing, les feux sont parfois passés au rouge. Maintenant, assure-t-il, ils sont tous revenus à l'orange ou au vert.   Suite...

 
CFM International, une coentreprise entre Snecma (groupe Safran) et General Electric, doit produire par an, à partir de 2020, 2.000 moteurs d'avions LEAP en partant de zéro, un pari fou dont l'aéronautique raffole. Le premier exemplaire de ce moteur doit être livré en avril à Airbus et il équipera l'A320neo. /Photo prise le 6 janvier 2016/REUTERS/Philippe Wojazer