February 1, 2016 / 6:34 PM / in a year

Mario Draghi invite les 28 à plus de cohésion pour la croissance

3 MINUTES DE LECTURE

La relance de l’économie européenne passe par une plus grande cohésion et le maintien du Royaume-Uni en son sein, a dit lundi à Strasbourg le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, devant les députés européens. /Photo prise le 1er février 2016/Vincent Kessler

STRASBOURG (Reuters) - La relance de l’économie européenne passe par une plus grande cohésion et le maintien du Royaume-Uni en son sein, a dit lundi à Strasbourg le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, devant les députés européens.

Londres négocie actuellement une redéfinition de ses relations avec ses partenaires, avant un référendum prévu d'ici la fin 2017 sur son maintien ou non dans l’Union européenne.

"Une solution qui ancrerait davantage le Royaume-Uni au sein de l’Union européenne tout en permettant à la zone euro d’intégrer encore davantage ses membres accroîtrait sans doute la confiance", a estimé Mario Draghi.

Il a également invité les 19 membres de la zone euro à poursuivre leur intégration pour achever une "architecture économique et financière" encore en chantier.

"Les citoyens et les marchés, trop souvent, ne sont pas sûrs de notre capacité d’action conjointe et commune dans un esprit de responsabilité partagée. Nous devons leur donner tort", a-t-il dit.

Les incertitudes politiques qui planent sur le projet européen constituent un des facteurs de risques qui freinent la croissance, selon le président de la BCE qui en a identifié trois autres : l’environnement économique mondial, l'état du système financier et les politiques économiques et budgétaires des Etats membres de la zone euro.

La BCE fera sa part pour aider la reprise économique, a-t-il précisé en soulignant les risques présents, en provenance notamment des marchés émergents.

"Les perspectives de croissance s'améliorent lentement dans les économies avancées, mais les perspectives pour les marchés émergents sont plus mesurées. Dans l'ensemble, la croissance est faible au regard des standards historiques", a-t-il analysé.

"La BCE est disposée à faire sa part pour que la reprise reste fermement sur les rails", a-t-il poursuivi, invitant les Etats membres eux-mêmes à "contribuer à la relance en respectant les exigences du pacte de stabilité et de croissance".

"La relance cyclique que nous connaissons actuellement en Europe doit être soutenue par des mesures structurelles efficaces, des actions destinées à améliorer l’environnement des entreprises", a ajouté Mario Draghi.

"Si des réformes sont crédibles, bien choisies et bien conçues, leur effet positif sera tangible rapidement, surtout dans le cadre de notre politique accommodante sur le plan monétaire", a-t-il encore dit.

Gilbert Reilhac, avec John O'Donnell à Francfort, édité par Véronique Tison et Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below