Vaste plan de restructuration chez Vallourec

lundi 1 février 2016 10h49
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Vallourec a annoncé lundi une augmentation de capital d'un milliard d'euros, souscrite pour moitié au moins par l'Etat français et le japonais NSSMC, ainsi qu'une vaste restructuration de ses activités qui le conduira à supprimer 1.000 postes de plus que prévu en Europe.

Le producteur de tubes sans soudure en acier, plombé par des marchés pétroliers et gaziers atones en raison de la chute des cours du brut, a également annoncé une réorganisation de ses activités au Brésil et en Chine et de nouveaux objectifs à l'horizon 2020.

La levée de fonds de Vallourec se traduira par une augmentation de la participation de Bpifrance et de NSSMC (Nippon Steel & Sumitomo Metal Corporation) à hauteur de 15% de son capital chacun, alors que l'Etat français et le groupe japonais détiennent respectivement 7,2 % et 1,5% de la société selon les données Thomson Reuters.

Dans un scénario médian, l'opération se fera à travers une émission d'obligations remboursables en actions d'environ 490 millions d'euros, avec une tranche principale à un prix de 11 euros par action, et à travers une augmentation de capital d'environ 510 millions - dont 445 millions devront être levés sur le marché.

L'augmentation de capital, prévue pour le deuxième trimestre après un assemblée générale programmée le 6 avril, sera pilotée par les banques Goldman Sachs International et Société générale CIB.

Vallourec va en outre réorganiser sa présence industrielle en Europe en centralisant ses activités de laminage en Allemagne et en concentrant ses activités de finition en France.

Ce projet le conduira à fermer deux laminoirs dans le Nord et en Seine-Maritime (Saint-Saulve et Deville), une ligne de filetage (Mülheim en Allemagne) et une autre de traitement thermique (Bellshill en Ecosse), le groupe visant au total une réduction de 50% de ses capacités de production de tubes européennes d'ici 2017 par rapport au niveau de 2014 (contre une réduction d'un tiers prévue précédemment).

Vallourec, qui veut toujours céder une participation majoritaire dans l'aciérie de Saint-Saulve, vise 1.000 suppressions de postes supplémentaires en Europe - en évitant au maximum les départs contraints - et 500 de plus au Brésil, alors que son plan d'économies Valens annoncé au printemps 2015, concernait au total 2.000 postes.   Suite...

 
Vallourec annonce une augmentation de capital d'un milliard d'euros, souscrite pour moitié au moins par l'Etat français et le japonais NSSMC, ainsi qu'une vaste restructuration de ses activités qui le conduira à supprimer 1.000 postes de plus que prévu en Europe. /Photo d'archives/REUTERS/Lee Jae-Won