Emmanuel Macron veut réformer et débattre des réformes

vendredi 29 janvier 2016 16h05
 

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a demandé vendredi d'exploiter les 18 mois d'ici l'élection présidentielle pour "aller plus loin dans les réformes" et d'engager des débats pour "pour essayer de réformer en profondeur certains aspects de notre vie économique."

Le ministre de l'Economie, qui présentait ses voeux à la presse, a justifié en outre le choix fait de ne pas porter une deuxième loi sur la croissance et l'activité par le fait que, après les arbitrages réalisés à Matignon et l'Elysée, elle n'aurait pas été plus ambitieuse que la loi Macron 1.

"Je pense qu'on peut encore faire beaucoup de choses" d'ici 2017, a-t-il dit. "Considérer que nous pourrions avoir le luxe de nous arrêter pour nous projeter dans d'autres théâtres me paraît inadapté. Nous devons continuer à agir", a-t-il ajouté dans une allusion à l'échéance de la présidentielle.

Emmanuel Macron a réitéré qu'il fallait aller encore plus loin dans les réformes "pour donner de la flexibilité et de la visibilité aux acteurs économiques."

"L'emploi, jusqu'à preuve du contraire, ne se crée pas par décret. Il se crée par des acteurs économiques opérationnels qui opèrent dans un cadre ouvert et international et donc qui comparent", a-t-il indiqué.

Stigmatisé à gauche pour ses prises de position sur des sujets comme les 35 heures, l'assurance chômage ou le statut des fonctionnaires, qui lui ont valu des critiques à peine voilées du Premier ministre Manuel Valls, le ministre estime qu'il faut saisir l'occasion de la présidentielle pour débattre.

"Je pense qu'on peut aussi installer des débats sur des sujets de réformes (...) qui doivent faire l'objet d'un vrai choix démocratique au moment de la présidentielle à venir", a-t-il dit.

UN PROJET MOINS AMBITIEUX APRÈS ARBITRAGE   Suite...

 
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui présentait vendredi ses voeux à la presse, a demandé d'exploiter les 18 mois d'ici l'élection présidentielle pour "aller plus loin dans les réformes" et d'engager des débats pour "pour essayer de réformer en profondeur certains aspects de notre vie économique." /Photo prise le 25 janvier 2016/REUTERS/Maxim Shemetov