PSA premier à signer un accord automobile pour revenir en Iran

jeudi 28 janvier 2016 15h25
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a annoncé jeudi la création d'une coentreprise avec le constructeur automobile Iran Khodro pour régulariser la production actuelle de ses voitures sur le sol iranien et préparer la fabrication locale de nouveaux véhicules.

L'accord, préalable au retour de PSA en Iran après 18 mois de négociations difficiles, doit être signé par Carlos Tavares, président du directoire du groupe français, et le président de la holding d'Etat actionnaire d'Iran Khodro, au siège parisien du Medef à l'occasion de la visite officielle du président iranien, Hassan Rohani, à Paris.

"On revient, nous l'espérons, pour une relation de très long terme", a déclaré Carlos Tavares au cours d'une conférence de presse. "Nous voulons donc être présents dans ce pays de manière assez profonde, à la fois sur le plan commercial, sur le plan industriel et travailler avec le tissu fournisseur local."

L'accord prévoit de régulariser la production actuelle des anciennes Peugeot 405 et 206, longtemps assemblées à partir de pièces livrées en kit, et qui s'est poursuivie de manière officieuse hors du contrat avec Iran Khodro après le dernier tour de vis dans les sanctions contre Téhéran.

Moyennant un investissement pouvant aller jusqu'à 400 millions d'euros, réparti à parité entre les deux partenaires, il envisage également la modernisation d'une usine près de Téhéran pour y produire les nouvelles Peugeot 208, 3008 et 301 à partir de la mi-2017.

La capacité initiale installée sera de 200.000 unités par an. La production pourra être exportée, d'abord dans les pays limitrophes, et pourquoi pas jusqu'en Russie, tandis qu'Iran Khodro pourra utiliser la plateforme de PSA pour développer ses propres modèles futurs.

UNE PRÉSENCE VIEILLE DE 50 ANS   Suite...

 
Carlos Tavares, président du directoire de PSA Peugeot Citroën. Le groupe français a annoncé a création d'une coentreprise avec le constructeur automobile Iran Khodro pour régulariser la production actuelle de ses voitures sur le sol iranien et préparer la fabrication locale de nouveaux véhicules. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau