Deutsche Bank invite les investisseurs à la patience

jeudi 28 janvier 2016 11h39
 

par Arno Schuetze et Jonathan Gould

FRANCFORT (Reuters) - John Cryan, le président du directoire de Deutsche Bank, a demandé jeudi aux actionnaires du groupe de faire preuve de patience en expliquant que sa restructuration devrait atteindre son point culminant cette année, après une perte record l'an dernier.

"Nous savons que les périodes de restructuration peuvent être éprouvantes", a-t-il dit à l'occasion de la publication des comptes détaillés du quatrième trimestre, précisant que la refonte de la banque prendrait un an et demi à deux ans et qu'il n'y avait nul besoin d'augmenter le capital à ce stade.

Les comptes trimestriels ont révélé entre autres une perte de 1,15 milliard d'euros du segment banque d'investissement, imputable à un net tassement de l'activité du trading obligataire et au poids des frais de litiges.

Le directeur financier, Marcus Schenck, a dit toutefois n'avoir observé aucun problème structurel dans le trading obligataire, dont la performance est bonne en début d'année.

"Que ce soit sur les taux ou les changes, nous nous débrouillons bien depuis le début de cette année", a-t-il dit, tout en soulignant qu'il ne fallait pas extrapoler cette tendance sur l'ensemble du premier trimestre.

Certains investisseurs ont montré que leur patience avait ses limites en sanctionnant l'action après que la banque a annoncé sa perte annuelle la semaine dernière.

John Cryan a admis jeudi que la restructuration nuisait au moral du personnel mais il s'est dit persuadé que suivre la stratégie décidée sans faiblir porterait ses fruits.

"Nous pouvons transformer Deutsche Bank en un établissement plus fort, plus efficace et mieux géré, et nous le ferons", a-t-il déclaré.   Suite...

 
Le président du directoire de Deutsche Bank, John Cryan, explique que la restructuration du groupe devrait atteindre son point culminant cette année, après une perte record l'an dernier et invite les investisseurs à la patience. /Photo prise le 28 janvier 2016/REUTERS/Kai Pfaffenbach