Roche déçoit le marché en 2015, mais promet un rebond en 2016

jeudi 28 janvier 2016 12h33
 

par John Miller

ZURICH (Reuters) - Le groupe pharmaceutique suisse Roche a publié jeudi un bénéfice net courant 2015 en dessous des attentes et a dit prévoir une amélioration de ses résultats cette année, mais le marché demeure sceptique.

A la Bourse de Zurich, l'action Roche recule de 4,36% à 256,7 francs en fin de matinée, accusant la plus mauvaise performance de l'indice sectoriel européen, en repli de 1,92% au même moment.

Roche compte sur de nouveaux traitements d'immunothérapie contre le cancer et des médicaments contre la sclérose en plaques pour faire face au risque posé par les biosimilaires, les brevets sur certains de ses produits phares étant arrivés à expiration.

Le groupe suisse a dégagé un bénéfice net courant de 11,84 milliards de francs suisses (10,89 milliards d'euros) en 2015, alors que les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne 12,2 milliards de francs.

Roche a précisé prévoir pour 2016 une croissance de ses ventes "dans la partie basse à moyenne de la plage à un chiffre" à taux de change constants. Son bénéfice par action rapporté aux activités de base devrait parallèlement progresser "plus rapidement que les ventes", toujours à taux de change constant.

Un analyste observe que cela équivaut à une stagnation des résultats cette année, ce qui est bien en deçà des attentes du marché, une fois pris en compte l'impact des taux de change.

Le directeur général Severin Schwan a cependant dit disposer d'un portefeuille de produits prometteurs.

"Nous nous attendons, au cours des trois prochaines années, à lancer jusqu’à huit nouveaux médicaments, ce qui est sans précédent chez Roche", a-t-il dit, ajoutant attendre le premier impact des biosimilaires sur le laboratoire à la fin 2017.   Suite...

 
Roche annonce un bénéfice net courant annuel de 11,84 milliards de francs suisses (10,89 milliards d'euros). Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice net annuel de 12,2 milliards de francs. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann