L'Allemagne abaisse sa prévision de croissance 2016 à 1,7%

mercredi 27 janvier 2016 14h54
 

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne a légèrement réduit mercredi sa prévision de croissance pour 2016, à 1,7% contre 1,8% précédemment, pour prendre en compte le ralentissement économique des pays émergents, qui pèse sur ses exportations.

Dans son rapport économique annuel publié mercredi, le gouvernement table sur une croissance de 1,7% du produit intérieur brut (PIB) en 2016, en ligne avec celle de 2015 (+1,7% également).

Berlin prévoit que ses importations augmentent plus rapidement que ses exportations cette année, ce qui contribuera à rogner la croissance du PIB de 0,4 point de pourcentage.

La dégradation de la balance commerciale signifie que la consommation privée sera en 2016 le seul moteur de l'économie allemande, dont la croissance a pendant des décennies reposé principalement sur ses exportations, notamment dans l'automobile et l'ingénierie.

Le gouvernement table sur une hausse de 1,9% des dépenses des ménages, une augmentation de 2,3% des investissements dans la construction et une progression de 3,5% des dépenses publiques.

Le ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel, a déclaré mercredi que l'économie allemande se portait bien mais qu'il fallait augmenter les investissements pour qu'elle reste compétitive.

"Nous nous en sortons bien en Allemagne mais pour que cela demeure le cas, nous devons investir davantage", a-t-il dit lors de la présentation du rapport.

Sigmar Gabriel a ajouté qu'il s'adressait non seulement aux multinationales mais également aux petites et moyennes entreprises, qui doivent selon lui investir davantage pour maintenir leur compétitivité.

Le première économie européenne a réaffirmé son objectif de budget à l'équilibre pour la troisième année consécutive en 2016 ,et ce malgré une hausse des dépenses publiques dans les infrastructures et les coûts engendrés par l'afflux de migrants.   Suite...

 
L'Allemagne a légèrement réduit mercredi sa prévision de croissance pour 2016, à 1,7% contre 1,8% précédemment, pour prendre en compte le ralentissement économique des pays émergents, qui pèse sur ses exportations. /Photo d'archives/REUTERS/Wolfgang Rattay