Hollande en Inde espère trouver un premier accord sur les Rafale

dimanche 24 janvier 2016 18h31
 

par Sanjeev Miglani

NEW DELHI (Reuters) - François Hollande a dit vouloir "franchir une étape" dans les négociations portant sur la vente de 36 avions Rafale à l'Inde, où il a entamé dimanche une visite de trois jours à forte tonalité économique.

New Delhi a annoncé l'an dernier son intention d'acheter ces appareils fabriqués par Dassault Aviation mais le contrat, estimé à 9,1 milliards de dollars (8,3 milliards d'euros), reste à conclure.

"Ici, nous allons franchir une autre étape qui va dans le sens, nous l'espérons tous, d'une acquisition par l'Inde de 36 avions Rafale", a déclaré le président français à son arrivée à Chandigarh, une ville nouvelle imaginée par l'architecte français Le Corbusier.

Selon François Hollande, les tractations en coulisses doivent permettre d'aboutir à un compromis entre gouvernements, préalable à un accord commercial. "L'idée est d'avoir un accord intergouvernemental entre les deux pays de manière à ce que, ensuite, les entreprises concernées puissent aller jusqu'au bout du processus", a précisé le chef de l'Etat.

Le président français, accueilli par le Premier ministre indien, Narendra Modi, doit le retrouver lundi à New Delhi pour poursuivre les discussions.

La semaine passée à Paris, on disait espérer que cette visite en Inde, la deuxième de François Hollande depuis 2012, serait "l'occasion d'avancer sur le chemin de la finalisation contractuelle" tout en précisant que le dossier du Rafale n'était pas l'objet du voyage présidentiel.

De source proche du dossier, on précisait en outre ces derniers jours que l'Inde négociait l'ajout d'une option à sa commande ferme de 36 appareils.

  Suite...

 
François Hollande et le Premier ministre indien, Narendra Modi. Le chef de l'Etat français espère franchir une étape dans les négociations portant sur la vente de 36 avions Rafale à l'Inde, où il est arrivé dimanche pour une visite à forte tonalité économique. /Photo prise le 24 janvier 2016/REUTERS/Altaf Hussain