Recul de 8% pour GE des profits des activités industrielles

vendredi 22 janvier 2016 14h18
 

(Reuters) - General Electric a fait état vendredi d'un recul de 8% des profits trimestriels de ses activités industrielles, pénalisées par la faiblesse de ses divisions de services aux entreprises des secteurs de l'énergie.

GE, qui a entrepris de se désengager du secteur financier pour se concentrer sur ses activités industrielles, a dit que le bénéfice d'exploitation de ces dernières s'était établi à 5,52 milliards de dollars (5,08 milliards d'euros) au quatrième trimestre contre 5,99 milliards (un an auparavant.

Le résultat total du groupe a augmenté de 22%, à 6,28 milliards de dollars, soit 0,64 dollar par action, contre 5,15 milliards (0,51 dollar/action) il y a un an.

Le bénéfice par action ajusté s'est établi à 0,52 dollar par action alors que les analystes financiers avaient tablé en moyenne sur 0,49 dollar, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires a progressé de 1,4% à 33,89 milliards.

Le carnet de commandes des activités industrielles à la fin du quatrième trimestre s'établissait à 32,5 milliards, en hausse de 3%.

GE, qui a confirmé ses objectifs définis pour 2016, a précisé que le chiffre d'affaires des activités industrielles avait baissé de 1% sur le dernier trimestre 2015, en raison d'un plongeon de 16% des revenus tirés du pétrole et du gaz.

General Electric a précisé que les revenus du secteur aéronautique avaient augmenté de 5% sur la période et ceux tirés de la gestion de l'énergie de 20%.

Mi-décembre, le groupe avait dit s'attendre à une hausse de son bénéfice d'exploitation en 2016 susceptible d'atteindre quasiment 15%, dans une fourchette de 1,45 à 1,55 dollar par action. GE prévoit en outre de redistribuer environ 26 milliards de dollars à ses actionnaires cette année.   Suite...

 
General Electric a fait état vendredi d'une chute de 8% des profits trimestriels de ses activités industrielles, pénalisées par la faiblesse de ses divisions de services aux entreprises des secteurs de l'énergie.  /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier