Les craintes d'un appel au marché de Deustche Bank de retour

jeudi 21 janvier 2016 09h41
 

FRANCFORT (Reuters) - La perte nette record de 6,7 milliards d'euros désormais prévue par Deutsche Bank pour 2015, conséquence de dépréciations, du coût des litiges et des charges de restructuration, a relancé les spéculations sur la possibilité de voir le groupe lever des capitaux frais pour renforcer le bilan.

A la Bourse de Francfort, l'action Deutsche Bank perdait 4,91% à 16,85 euros en début de séance jeudi, la plus forte baisse de l'indice Dax comme de l'indice paneuropéen Stoxx 600.

Le titre, qui a touché dans les premiers échanges un plus bas de sept ans à 16,65 euros, a perdu 21% depuis le 1er janvier et plus de 35% depuis le 1er juillet, sous-performant l'indice européen des valeurs bancaires.

Après avoir surpris les marchés en octobre en annonçant une perte de 6,2 milliards au titre du seul troisième trimestre, la première banque allemande a déclaré mercredi soir s'attendre à une perte supplémentaire d'environ 2,1 milliards pour le quatrième trimestre.

Ce résultat intégrera entre autres des charges de litiges de 1,2 milliard, mais aussi des coûts de restructuration et des indemnités de départ d'un montant total d'environ 800 millions, qui concernent principalement la banque de détail.

DES ANALYSTES ÉVOQUENT DE NOUVEAUX RISQUES

Deutsche Bank a annoncé en octobre son intention de supprimer 15.000 emplois et de céder des actifs représentant quelque 20.000 salariés supplémentaires dans le cadre de la restructuration en profondeur mise en oeuvre par son nouveau président du directoire John Cryan afin d'améliorer la rentabilité.

Ce dernier, à la tête de l'établissement depuis juillet, a également confirmé que la banque passerait les dividendes de 2015 et de 2016 pour assainir son bilan et payer ses erreurs du passé.   Suite...

 
La perte nette record de 6,7 milliards d'euros désormais prévue par Deutsche Bank pour 2015, conséquence de dépréciations, du coût des litiges et des charges de restructuration, a relancé les spéculations sur la possibilité de voir le groupe lever des capitaux frais pour renforcer le bilan.  /Photo prise le 29 octobre 2015/REUTERS/Kai Pfaffenbach