Le prix du pétrole tempère le bon trimestre de Bank of America

mardi 19 janvier 2016 17h10
 

par Sweta Singh

(Reuters) - Bank of America (BofA), à l'instar de ses consoeurs et concurrentes, s'inquiète elle aussi de la chute irrésistible des prix pétroliers même si elle a fait état mardi d'un bénéfice meilleur que prévu au quatrième trimestre 2015, à la faveur d'une réduction des coûts et de la croissance de ses revenus dans la plupart de ses segments d'activité.

Le contexte macroéconomique marqué par la chute des cours pétroliers et le ralentissement économique de la Chine n'arrange pas les affaires des banques, créancières des entreprises concernées par les deux phénomènes et qui ont, qui plus est, du mal à alimenter leurs marges dans un contexte de taux ultra-bas.

Alimentant le marasme ambiant, l'année 2016 a mal commencé avec un baril de brut tombé à moins de 30 dollars et à ses niveaux les plus bas depuis 2003 et des Bourses qui font grise mine.

BofA, la deuxième banque américaine par l'actif, a précisé que ses provisions pour pertes sur créances avaient augmenté de 264 millions de dollars au quatrième trimestre, en raison surtout de pertes et de hausse des provisions sur le secteur énergétique.

Le directeur financier Paul Donofrio a chiffré l'exposition de la banque au secteur de l'énergie à 21,3 milliards de dollars et dit que cela représentait 2% de son encours total de prêts utilisés.

JPMorgan Chase et Wells Fargo ont dit la semaine dernière qu'elles avaient augmenté les provisions pour créances douteuses liées au secteur de l'énergie.

Le bénéfice net part du groupe de la banque a cependant augmenté de 9,8% à 3,01 milliards de dollars (2,77 milliards d'euros), soit 28 cents par action, contre 2,74 milliards (25 cents par action) un an auparavant. BofA a pu ainsi dégager son bénéfice annuel le plus copieux en près de 10 ans.

Le bénéfice par action ajusté est de 29 cents, dépassant le consensus Thomson Reuters I/B/E/S qui le donnait à 26 cents.   Suite...

 
Bank of America a annoncé une hausse plus marquée que prévu de son bénéfice net du quatrième trimestre, à la faveur notamment d'une baisse des dépenses et malgré une hausse des provisions passées pour couvrir les pertes de crédits. La deuxième banque américaine en termes d'actifs a précisé que son résultat net avait augmenté de 9,8% sur les trois derniers mois de 2015, à 3,01 milliards de dollars contre 2,74 milliards il y a un an. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson