La croissance chinoise, casse-tête pour les banques centrales

lundi 18 janvier 2016 07h53
 

PEKIN/FRANCFORT (Reuters) - Les chiffres du produit intérieur brut (PIB) chinois publiés mardi devraient montrer que la croissance a encore ralenti au quatrième trimestre, à son plus bas niveau depuis la crise financière, ce qui risque d'alimenter les tensions sur les marchés financiers après la purge des deux dernières semaines.

Les inquiétudes sur la santé de la deuxième économie mondiale ont fait plonger les Bourses chinoises et le yuan depuis le début de l'année, bien que les statistiques ne montrent pas de chute brutale de l'activité.

Au quatrième trimestre, la croissance du PIB devrait avoir ralenti à 6,8% par rapport à la même période de 2014, contre 6,9% au troisième trimestre, selon l'estimation moyenne de 50 économistes interrogés par Reuters.

Il s'agirait du rythme d'expansion le plus lent depuis le premier trimestre 2009, quand la croissance chinoise avait brutalement ralenti à 6,2%.

Les estimations des économistes s'échelonnent de 5,3% pour la plus faible à 7,1% pour la plus élevée, mais bon nombre d'investisseurs craignent que le rythme d'activité soit plus faible que ce que les chiffres officiels donnent à voir.

"La faiblesse de la demande tant intérieure qu'extérieure a exacerbé les pressions déflationnistes dans l'économie", écrivent Qu Hongbin et Julia Wang, économistes d'HSBC, dans une note. "En 2016, cette faible demande continuera de peser sur la croissance."

Sur l'ensemble de 2015, la croissance devrait ressortir à 6,9% contre 7,3% l'année précédente, soit son rythme le plus faible depuis 25 ans, indiquait il y a peu un document de travail de la banque centrale.

Le gouvernement vise officiellement une croissance d'"environ 7%" pour 2015 mais sa prévision pourrait descendre à 6,5% en 2016, ce qui serait encore suffisant pour atteindre son objectif d'un doublement de la richesse nationale et du PIB par habitant entre 2010 et 2020.

Ce chiffre de 6,5% correspond également à la moyenne des estimations des économistes, selon une enquête Reuters publiée jeudi..   Suite...

 
Chantier de construction à Kunming dans la province du Yunnan. Les chiffres du produit intérieur brut (PIB) chinois publiés mardi devraient montrer que la croissance a encore ralenti au quatrième trimestre, à son plus bas niveau depuis la crise financière, ce qui risque d'alimenter les tensions sur les marchés financiers après la purge des deux dernières semaines. /Photo d'archives/REUTERS/Wong Campion