Guerre de tranchées sans issue en vue au Crédit mutuel

dimanche 17 janvier 2016 14h11
 

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - La guerre de tranchées qui déchire les fédérations du Crédit mutuel s'est installée dans la durée et la réforme de son organe central, loin de clore les hostilités au sein du groupe bancaire mutualiste, cristallise les tensions entre "Alsaciens" et "Bretons".

Prévue mercredi, l'assemblée générale de la confédération, déjà passée d'un statut associatif à celui de société coopérative, doit entériner sa fusion avec la caisse centrale, voter de nouveaux statuts et élire ses dirigeants.

L'objectif est de rendre compatible la structure juridique du mutualiste avec la supervision de la Banque centrale européenne (BCE).

Mais pour le Crédit mutuel Arkéa, dont le siège est à Brest et qui regroupe les fédérations du Crédit mutuel de Bretagne, du Sud-Ouest et du Massif central, ce projet s'apparente à une prise de contrôle orchestrée par 11 autres fédérations regroupées au sein du CM11-CIC, basé à Strasbourg.

Dans un document diffusé en novembre à ses salariés, le président de Crédit mutuel Arkéa, Jean-Pierre Denis, dénonçait la réforme, une "OPA inamicale, pour ne pas dire hostile".

"Derrière l’écran de fumée de ces opérations juridiques, il y a un objectif clair : l’annexion du groupe Crédit mutuel Arkéa par CM11-CIC", tonnait l'ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée sous la présidence de Jacques Chirac.

"La réforme est illégale et on ne l'appliquera pas", indique une source proche du Crédit mutuel Arkéa, qui s'apprête à contester en justice les décisions de l'assemblée générale du 20 janvier, après avoir déjà attaqué les premières étapes de la réforme.

Ce nouveau bras de fer juridique s'ajouterait à la saisie de l'Autorité de la concurrence et à la plainte déposée en octobre 2014 pour "prise illégale d’intérêts" visant la manière dont la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM) satisfait à sa mission d’organe central.   Suite...

 
Le président de la confédération nationale du Crédit Mutuel, Michel Lucas. La guerre de tranchées qui déchire les fédérations du Crédit mutuel s'est installée dans la durée et la réforme de son organe central, loin de clore les hostilités au sein du groupe bancaire mutualiste, cristallise les tensions entre "Alsaciens" et "Bretons". /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler