Casino abaisse sa prévision de résultat et fait douter le marché

jeudi 14 janvier 2016 19h06
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Casino a abaissé jeudi sa prévision de résultat opérationnel courant pour 2015, y compris en France, provoquant une rechute du titre en Bourse alors que l'investisseur Carson Block (Muddy Waters) a une nouvelle fois demandé au groupe des clarifications sur ses comptes.

Le distributeur, aux prises avec une chute de ses ventes au Brésil dans le non-alimentaire et le e-commerce, a une nouvelle fois révisé en baisse ses prévisions de résultats malgré un retour à la croissance en France au second semestre.

Son directeur financier Antoine Giscard d'Estaing a déclaré qu'un consensus de 1,5 milliard d'euros sur l'Ebit 2015 était "réaliste", alors que nombre d'analystes attendaient plutôt 1,6 milliard, un chiffre déjà abaissé par rapport à la fourchette de 1,68 à 1,78 milliard d'octobre.

Le consensus atteignait 2,13 milliards en juillet.

La prévision du résultat opérationnel en France a elle aussi été révisée en baisse, à 340 millions d'euros, alors que le groupe disait encore mi-octobre tabler sur 400 millions.

Ces chiffres ont été sanctionnés par le marché. Le titre a fini la séance en recul de 6,23% à 38,185 euros, parmi les plus fortes baisse du SBF 120 (-1,85%).

L'endettement du distributeur aux prises avec la récession brésilienne et une faible rentabilité en France a nourri les inquiétudes et lourdement pesé sur le titre, qui a abandonné 44,5% en Bourse en 2015.

"Il y a un risque de nouvelles pressions sur les résultats au Brésil. Il faudrait avoir l'assurance que le consensus a touché un plus bas avant d'être plus optimiste. Ce n'est probablement pas encore le cas", notent les analystes de la Société générale.   Suite...

 
Casino affiche un chiffre d'affaires quasiment stable au quatrième trimestre en données organiques, marqué par un tassement de sa dynamique en France et une moindre chute de ses activités dans l'électronique et l'équipement de la maison au Brésil. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard