Wall Street termine dans le désordre une séance volatile

lundi 11 janvier 2016 23h25
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini lundi proche de l'équilibre au terme d'une séance très volatile, un recul des valeurs pharmaceutiques et un nouveau plongeon du pétrole limitant le rebond des indices après les lourdes de pertes de la semaine dernière.

Longtemps orienté à la baisse, l'indice Dow Jones a finalement pris 52,12 points, soit 0,32%, à 16.398,57. Le Standard & Poor's 500, plus large, a gagné 1,64 points, soit 0,09%, à 1.923.67. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 5,64 points (0,12%) à 4.637,99 points.

Ces trois grands indices ont perdu de l'ordre de 6% à 7% la semaine dernière en raison du réveil des inquiétudes relatives à la Chine, où les Bourses ont encore plongé de 5% lundi, et de la chute continue des cours du pétrole, tombés lundi à de nouveaux plus bas de 12 ans et désormais proches de la barre des 31 dollars le baril.

Dans ce contexte, l'indice du secteur de l'énergie du S&P a perdu 2,09% avec des reculs de près de respectivement 1,34% et 1,66% pour Exxon et Chevron.

L'annonce, vendredi, de chiffres de l'emploi aux Etats-Unis pour le mois décembre meilleurs que prévu n'a pas suffi à redonner le sourire à des investisseurs qui s'interrogent sur le calendrier que suivra la Réserve fédérale pour continuer de relever ses taux d'intérêt.

"Personne ne sait ce que nous réserve l'avenir mais pour le moment, nous avons des indicateurs très contrastés et cela rend les investisseurs nerveux", explique Kim Forrest, analyste de Fort Pitt Capital Group.

La banque centrale américaine n'aura peut-être pas assez de nouvelles données sur l'inflation pour se prononcer en faveur d'une nouvelle hausse des taux lors de sa réunion monétaire du mois de mars, a déclaré lundi le président de la Fed d'Atlanta, Dennis Lockhart.

La Fed a relevé ses taux le 16 décembre dernier, pour la première fois depuis près de 10 ans, et affirmé que le rythme des hausses suivantes serait progressif.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS