Vivendi veut accélérer pour s'imposer dans les médias

mardi 10 novembre 2015 19h57
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Vivendi compte mettre le pied sur l'accélérateur en termes d'investissements au cours des deux prochaines années afin de concrétiser son ambition de bâtir un groupe international de médias et de divertissement après son désengagement des télécoms.

La maison-mère de Canal+ et d'Universal Music Group a confirmé mardi ses objectifs financiers pour 2015 en dépit d'un recul de son chiffre d'affaires et de son résultat opérationnel au troisième trimestre.

"Dans son ambition de construire un groupe international de médias ainsi que de production et de distribution de contenus, Vivendi prévoit une période d'investissements potentiellement élevés de deux ans, en 2016 et 2017", déclare la société dans un communiqué, sans préciser la nature de ces investissements.

Interrogé sur leur ampleur, le président du directoire Arnaud de Puyfontaine a déclaré lors d'une conférence téléphonique avec des analystes qu'il était trop tôt pour évoquer un montant.

Plus d'un an après avoir achevé un vaste programme de cessions d'actifs qui a gonflé sa trésorerie à hauteur de plus de huit milliards d'euros, le groupe piloté par l'entrepreneur Vincent Bolloré, son premier actionnaire, s'est jusqu'à présent montré frugal dans ses acquisitions.

Vivendi a déboursé autour de trois milliards d'euros pour détenir plus de 20% du premier opérateur italien Telecom Italia dont il est le premier actionnaire.

A plus petite échelle, il va notamment débourser près de 300 millions d'euros pour prendre une participation d'environ 26% dans le producteur et distributeur de programmes télévisuels qui naîtra du rapprochement des sociétés Banijay et Zodiak.

Le groupe a également dépensé une somme similaire pour s'inviter au capital des éditeurs de jeux vidéos Ubisoft et Gameloft dans lesquels il compte encore accroître ses participations malgré l'hostilité affichée par leurs dirigeants.   Suite...

 
Vivendi a confirmé mardi ses objectifs financiers pour 2015 après une hausse de son résultat net ajusté sur les neuf premiers de l'année. Le groupe a vu son chiffre d'affaires sur la période progresser de 1,4% à données comparables pour atteindre 7,6 milliards d'euros, porté sur les trois derniers mois par les performances de sa maison de disque Universal Music Group grâce à l'essor du "streaming". /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann